Jérusalem-est: Une prix Nobel accuse Israël de «purification ethnique»
Actualisé

Jérusalem-estUne prix Nobel accuse Israël de «purification ethnique»

Mairead Maguire, prix Nobel de la paix 1976, a accusé mardi les autorités israéliennes de pratiquer une politique de «purification ethnique» à Jérusalem-est.

La municipalité prévoit la démolition de dizaines de maisons arabes dans ce quartier, arabe jusqu'en 1967.

«Je pense que le gouvernement israélien mène une politique de purification ethnique contre les Palestiniens ici même à Jérusalem- est», a déclaré la militante pacifiste et féministe nord-irlandaise.

«Je pense que les politiques du gouvernement israélien vont contre les lois internationales, contre les droits de l'Homme et contre la dignité du peuple palestinien», a-t-elle ajouté lors d'une conférence de presse du comité de défense des habitants d'Al-Boustan.

Ce lotissement, situé dans le quartier de Silwan de Jérusalem-est, est visé par un ordre de démolition de 88 maisons émis par la municipalité israélienne de la ville. Pour les Palestiniens, le but de ces démolitions est de les chasser de Jérusalem-est, qu'ils considèrent comme la capitale de leur futur Etat.

Leur destruction, au motif qu'elles ont été construites ou agrandies sans permis israélien, jetterait à la rue quelque 1500 personnes, selon le comité de défense, soit l'expulsion la plus importante depuis que le secteur oriental de la ville sainte a été occupé par Israël en 1967.

Difficile d'obtenir un permis de construire

Les habitants d'Al-Boustan conviennent qu'ils ont construit ou agrandi des maisons sans permis, mais ils font valoir qu'il leur est pratiquement impossible d'en obtenir.

Silwan, où vivent plus de 10 000 Palestiniens, est le site présumé de l'antique «cité de David». Soixante familles juives y vivent actuellement. Selon l'organisation israélienne B'Tselem pour la défense des droits de l'homme, depuis 2004, les autorités israéliennes ont démoli plus de 400 maisons à Jérusalem-est.

Par ailleurs, des avocats norvégiens ont annoncé qu'ils allaient déposer plainte contre de hauts responsables israéliens, y compris l'ex-premier ministre Ehud Olmert, pour «crimes de guerre» et «violations graves des droits de l'Homme» lors de l'attaque israélienne contre la bande de Gaza du 27 décembre 2008 au 25 janvier 2008. (ats)

Ton opinion