Nidwald: Une prune de 9000 fr. pour ses appels de phares
Actualisé

NidwaldUne prune de 9000 fr. pour ses appels de phares

Un homme a été condamné à une amende salée pour avoir trop collé et importuné l'automobiliste qui roulait devant lui, en 2014 sur l'A2 à la hauteur de Stansstad. Il a fait recours.

par
dag/ofu

Parfois, mieux vaut respirer un bon coup et garder son calme au lieu de s'énerver au volant. C'est ce qu'aurait dû faire un automobiliste de 42 ans, condamné par ordonnance pénale à une amende de 9000 francs pour son comportement inapproprié sur l'autoroute en novembre 2014, sur l'A2 à la hauteur de Stansstad. Le quadragénaire a également écopé d'une peine pécuniaire avec sursis de 40 jours-amende à 1800 francs. S'il enfreint le Code de la route dans les deux années à venir, il sera donc forcé à débourser 72'000 francs, relatait mercredi le «Bote der Urschweiz». Selon l'ordonnance pénale, le conducteur a été condamné «parce qu'il n'a pas respecté la distance de sécurité et que ses signaux avertisseurs étaient excessifs».

Mais l'homme, qui selon le quotidien alémanique gagne plus de 600'000 francs par année, ne compte pas se laisser faire et a fait recours auprès du Tribunal cantonal. Son procès en appel s'est ouvert en début de semaine. Les juges se sont donc intéressés de près à ce qui s'est passé le 27 novembre 2014 sur l'A2, entre la galerie d'Hergiswil (NW) et le tunnel du Kirchenwald. Selon l'acte d'accusation, le quadragénaire a roulé pendant près de deux kilomètres sur la voie de dépassement. La voiture devant lui n'avançait pas assez vite pour lui et comme le trafic était assez dense au moment des faits, il n'a pas pu se rabattre sur la voie de droite. Peu avant d'atteindre sa sortie d'autoroute, celle de Stansstad, l'accusé a collé l'auto de devant - la distance les séparant n'était alors que de 10 à 12 mètres - et lui a fait des appels de phares pour l'inciter à se rabattre sur la voie de droite.

Verdict rendu ultérieurement

Interrogé par la Cour, l'homme a expliqué qu'il devait absolument sortir à Stansstad et qu'il a fait des appels de phares parce qu'il s'est senti oppressé et provoqué par l'automobiliste de devant. Son avocat a par ailleurs précisé que l'homme qui se trouvait juste devant roulait bien trop lentement, sans pouvoir pour autant indiquer avec exactitude la vitesse à laquelle il roulait. Il a aussi rappelé que la loi suisse autorisait à faire des appels de phares et à klaxonner si une personne ne libère pas la voie de dépassement sur l'autoroute (lire encadré).

Finalement, la présidente du tribunal n'a pas souhaité prendre de décision dans l'immédiat. Elle a préféré analyser une nouvelle fois les enregistrements vidéo ainsi que toutes les données pour déterminer avec précision à quelle vitesse les deux hommes roulaient et à quelle distance. Le verdict sera rendu ultérieurement.

Signaux avertisseurs

Contrairement à ce que dit l'avocat de la défense, la situation quant aux appels de phare n'est pas si claire que ça. La loi suisse laisse en effet de la place à l'interprétation. L'article 40 de la loi sur la circulation routière prévoit: «Si la sécurité de la circulation l'exige, le conducteur avertira les autres usagers de la route. Les signaux avertisseurs inutiles ou excessifs seront évités. L'emploi du signal avertisseur en guise d'appel est interdit.» Les juges du canton de Nidwald devront donc décider si l'utilisation des phares a été excessive ou non.

Fixation de la peine pécuniaire

Selon l'article 34 du Code pénal, la peine pécuniaire ne peut excéder 360 jours-amende. Le juge fixe leur nombre en fonction de la culpabilité de l'auteur. Le jour-amende est de 3000 francs au plus. Le juge en fixe le montant selon la situation personnelle et économique de l'auteur au moment du jugement, notamment en tenant compte de son revenu et de sa fortune, de son mode de vie, de ses obligations d'assistance, en particulier familiales, et du minimum vital.

Ton opinion