Cryptomonnaies - Une pub de Kim Kardashian fache le gendarme britannique des marchés
Publié

CryptomonnaiesUne pub de Kim Kardashian fâche le gendarme britannique des marchés

Le gendarme britannique des marchés (FCA) tire la sonnette d’alarme: les publicités en ligne pour les cryptomonnaies doivent selon lui être mieux encadrées. Il a notamment pris en exemple une publicité de Kim Kardashian.

La FCA a pris en exemple une publicité de Kim Kardashian pour une cryptomonnaie: l’EthereumMax

La FCA a pris en exemple une publicité de Kim Kardashian pour une cryptomonnaie: l’EthereumMax

Getty Images via AFP

Les publicités pour les cryptomonnaies devraient être plus encadrées, même en ligne, a demandé lundi le gendarme britannique des marchés, la FCA, utilisant l’exemple d’un récent post Instagram de la vedette Kim Kardashian. Le secteur des cryptomonnaies attire investisseurs aguerris comme amateurs, alléchés par des performances spectaculaires.

La première d’entre elles, le bitcoin, a ainsi vu son prix croître de plus de 400% en un an et s’échangeait pour plus de 50’000 dollars lundi, malgré une forte correction en milieu d’année.

Kim K boursicoteuse

L’appétit des acheteurs peut être creusé par des publicités sur les réseaux sociaux, comme celle publiée par Kim Kardashian en juin pour la cryptomonnaie EthereumMax, «à ne pas confondre avec l’ethereum», deuxième plus importante cryptomonnaie au monde derrière le bitcoin, a souligné Charles Randell, patron de la FCA, lundi.

Dans un post Instagram identifié comme une publicité rémunérée, la star de téléréalité demandait à ses 250 millions d’abonnés: «Et vous, ça vous dit les cryptos???». «Je ne peux pas dire si (l’Ethereum Max) est une arnaque», a reconnu Charles Randell dans son discours lors d’une conférence sur le crime financier, tout en remarquant qu’il s’agissait «d’un actif numérique créé un mois plus tôt par des développeurs anonymes».

Le fameux post Instagram de Kim Kardashian à propos de l’EthereumMax.

Le fameux post Instagram de Kim Kardashian à propos de l’EthereumMax.

Capture d’écran Twitter

Selon lui, de nombreux cryptoactifs vantés par des «influenceurs» sur les réseaux sociaux se sont déjà avérés être des montages financiers vides. «Je veux être clair, ces actifs ne sont pas régulés par la FCA» ou couverts par les mécanismes qui protègent les investisseurs britanniques, a-t-il insisté: «Si vous en achetez, vous devez être prêts à perdre tout votre argent».

Régulation compliquée

Cet exemple illustre le dilemme de la FCA et des régulateurs à travers le monde, qui peinent à fixer des limites à un secteur des cryptomonnaies décentralisé et internationalisé. Fin juin, la FCA avait retiré à Binance, l’une des plus grandes plateformes d’échanges de cryptomonnaies au monde, l’autorisation de vendre des options ou des contrats à terme sur les cryptomonnaies depuis le Royaume-Uni.

Si la plateforme a accepté d’afficher un message d’avertissement à ses utilisateurs britanniques, ces derniers peuvent toujours acheter des options, et la FCA a affirmé fin août considérer que Binance «ne peut pas être régulée avec efficacité».

«Nous devons accepter qu’une régulation du monde numérique passe par une coopération internationale, avec des normes communes», a affirmé Charles Randell.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires