Genève: Une pub du PLG traite Stauffer de «menteur»
Actualisé

GenèveUne pub du PLG traite Stauffer de «menteur»

Dans des pubs Google, le parti libéral genevois utilise le nom de certains élus locaux d'autres partis pour sa propre campagne.

par
Shahïn Ammane

Essayez de taper «Poggia Mauro» dans le moteur de recherche Google. Plutôt que de vous diriger vers le site du député MCG ou vers son étude d'avocat, la première proposition vous informe: «Eric Stauffer ment et articule des chiffres faux. Découvrez la vérité». Un click sur ce lien commercial et vous voilà sur le site... du parti libéral genevois (PLG) qui vous explique pourquoi le député MCG est un «menteur».

Des noms comme mots-clés utilisés

Idem pour les députés socialistes ou écologistes. Donnez le nom de Catherine Baud des verts au moteur de recherche et le résultat Google calculé en 0,18 secondes vous donne comme premier résultat: «Catherine Baud répond-elle à vos attentes?» En cliquant sur ce lien, vous voilà à nouveau sur le site des libéraux.

Colère des députés

Contacté par le journal «le Courrier» qui a révélé l'affaire, la députée socialiste Prunella Carrard, qui fait également les frais de ce procédé, dénonce: «Je n'accepte pas que mon nom soit utilisé pour faire de la publicité à mes adversaires politique!» D'après l'élue, cette méthode est déloyale et lui porte préjudice. Elle envisage une action en justice.

Les libéraux bottent en touche

Contacté par le quotidien, Geoffreoy de Clavière, secrétaire général de PLG explique que «le procédé n'a absolument rien de déloyal. Il s'agit de publicité clairement identifiée et nous payons pour cela».

Cadre juridique floue

Les juristes ne s'entendent pas tous sur les actions à intenter. Ceux qui ont été consultés par Communication Enigma, l'agence de communication du parti libéral, n'ont donné qu'une réponse floue. Mais le journal «le Courrier» qui s'est entretenu avec Sébastien Fanti, avocat spécialiste du domaine internet est formel: «Ce cas représente une atteinte à la personnalité et viole les conditions d'utilisation de Google.»

Ton opinion