Interface: Une puce dans le pouce pour payer ses courses
Actualisé

InterfaceUne puce dans le pouce pour payer ses courses

Un Australien espère démocratiser les transactions validées par un simple geste du doigt.

par
laf

Le paiement sans contact avec une montre au poignet n'est manifestement pas suffisant pour Meow Meow. Le membre du Parti des sciences s'affiche avec une légère surcouche sur le pouce. «Imaginez ça comme une puce électronique pour chats ou chiens, ça va très vite et c'est relativement indolore», explique-t-il sur le site Mash­able.

Le biohacker a placé en avril dernier cette interface, qu'il espère bientôt utiliser comme moyen de paie­ment. En plaçant le dos de son pouce face à un lecteur de cartes NFC, il peut détecter la carte du terminal et programmer des applications compatibles. «C'est en gros un petit espace de mémoire qui permet de faire des choses amusantes», résume le technophile. «Cela serait bien de pouvoir réserver via un implant, le coupler avec une app et se débarrasser du porte-monnaie», explique son acolyte, Nathan Waters. Pour ce faire, celui-ci espère notamment convaincre la Commonwealth National Bank.

L'intégration de la technologie est pratiquée pour une centaine de francs, y compris en Suisse, avec un studio spécialisé à Zurich. Des «Implant Parties», rassemblements où l'on se fait insérer ces puces, commencent aussi à se multiplier. Lors du dernier salon IFA à Berlin, un salarié de la firme Kaspersky s'était fait implanter devant les caméras un kit vendu par Dangerous Things. Cette société pionnière dans les bioimplants avait alors estimé à quelque 10'000 le nombre de cyborgs en activité

Ton opinion