Actualisé 12.08.2008 à 10:20

Georgie«Une question de survie»

«C'est une question de survie», déclare le président géorgien Mikhaïl Saakachvili, accusant Moscou de vouloir renverser son gouvernement.

«C'est une question de survie. La Géorgie est un pays moderne, qui s'est développé très vite, avec beaucoup d'investissements étrangers, un niveau de violence très bas et avec beaucoup de succès. Soudain, elle apparaît à la télévision comme le Liban ou les Balkans. Nous devons arrêter cette folie» a déclaré le président géorgien dans un entretien accordé au «Monde» daté de mercredi et à France-2.

M. Saakachvili pointe du doigt les Russes, accusés de vouloir «détruire le gouvernement géorgien élu démocratiquement par le peuple, détruire la Géorgie, la démocratie. Quand ils ont compris qu'il était impossible de se débarrasser d'un gouvernement pro-occidental par les moyens classiques, ils ont essayé quelque chose de plus facile pour eux: la force militaire».

«Il y a quelques mois, nous avons gagné les élections avec 60% des votes», rappelle-t-il.

«J'espère que les Russes vont entendre la voix de la France», ajoute M. Saakhachvili qui a signé lundi un cessez-le-feu proposé par les ministres français et finlandais des Affaires étrangères, repoussé par Moscou. «Il faut absolument éviter les vélléités de nettoyage ethnique. C'est le risque avec les chars russes», selon lui.

Le président Nicolas Sarkozy doit se rendre ce mardi en Russie et en Géorgie pour tenter de trouver une issue au conflit. Le chef de l'Etat rencontrera d'abord le président russe Dimitri Medvedev, avant d'aller s'entretenir avec Mikhaïl Saakachvili. A la mi-journée, M. Medvedev a ordonné la fin des opérations militaire en Géorgie après, a-t-il souligné, que les soldats russes ont «puni» la Géorgie et restauré la sécurité des civils et des soldats russes de la paix en Ossétie du Sud. AP

sc/com/mw (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!