Suissesse enlevée au Yémen: Une rançon aurait été demandée
Actualisé

Suissesse enlevée au YémenUne rançon aurait été demandée

La Suissesse enlevée la semaine dernière au Yémen est en bonne santé, a indiqué mardi un chef tribal du sud du pays. Une rançon de 1,2 million de francs aurait été exigée.

Un chef tribal du sud du Yémen a affirmé mardi que la Suissesse enlevée mercredi dernier au Yémen était saine et sauve et proposé ses services pour assurer sa libération.

«J'ai l'assurance que la ressortissante suisse est saine et sauve et en bonne santé», a déclaré à l'AFP Ali Abdallah Zebara. Il avait joué un rôle dans la libération de trois humanitaires français en novembre 2011, après une prise d'otage de plus de cinq mois dans l'est du Yémen.

«J'ai été contacté par l'ambassade de Suisse et j'attends une autorisation écrite du gouvernement yéménite pour entamer les efforts en vue de libérer la Suissesse», a ajouté M. Zebara. «Je suis capable de la sortir du tréfonds de la terre», a-t-il assuré, en refusant de dire si la Suissesse est aux mains d'Al-Qaïda ou non.

Rançon

Les ravisseurs auraient exigé une demande de rançon de 1,2 million de francs, selon l'agence de presse chinoise Xinhua lundi, citant un chef tribal qui souhaite garder l'anonymat. Contacté par l'ats, le Département fédéral des affaires étrangères n'a pas souhaité commenter l'information, reprise par les journaux «Tages- Anzeiger» et «Der Bund» mardi.

La Suissesse a été enlevée par des hommes armés dans sa maison à Hodeïda, dans l'ouest du Yémen, où elle travaille comme enseignante pour un institut de langues. Elle a ensuite été conduite par ses ravisseurs à Chabwa (sud-est).

Elle a pu contacter une de ses collègues par téléphone. Elle l'a informée que des inconnus en tenue militaire l'avaient enlevée de sa maison et l'avaient conduite dans la province de Chabwa pour réclamer la libération de prisonniers détenus à Hodeïda.

Les ravisseurs «réclament la libération de deux partisans d'al- Qaïda détenus à Hodeïda», avait affirmé vendredi un responsable local en accusant le réseau extrémiste du rapt.

Souvent libérés

Le Yémen est le théâtre de fréquents enlèvements d'étrangers par les tribus fortement armées qui font la loi dans plusieurs régions du pays. Elles ont recours aux rapts généralement pour faire aboutir des revendications auprès des autorités.

Plus de 200 personnes ont été enlevées au Yémen ces 15 dernières années. Elles ont en grande majorité été libérées saines et sauves. (afp)

Ton opinion