Enquête: Une rencontre sur le Net fonctionne mieux au lit
Actualisé

EnquêteUne rencontre sur le Net fonctionne mieux au lit

Chercher un partenaire sur un site de rencontres est désormais entré dans les mœurs. Et le taux de succès, supérieur à 50%, démontre son efficacité.

par
cam/viw
Faire des rencontres virtuelles n'a désormais plus rien de tabou. (photo: dr)

Faire des rencontres virtuelles n'a désormais plus rien de tabou. (photo: dr)

De nos jours, lorsqu'il devient trop compliqué de trouver l'âme sœur directement dans la «vraie vie», les esseulés n'hésitent plus à se tourner vers les sites de rencontres. C'est ce qui ressort d'une vaste enquête réalisée par 20 minutes et l'institut de sondage gfs.bern, à laquelle 6285 personnes dans toute la Suisse ont pris part. 84% des participants sont - ou ont été- inscrits sur au moins un site de rencontres. Les Romands sont même plus nombreux que la moyenne (91%), tandis que les Tessinois sont à la traîne (53%).

Plus de 90% des personnes qui les fréquentent et qui ont échangé des mails avec des partenaires virtuels ont, au moins une fois, franchi le pas dans la «vraie vie». Plus de la moitié a même rencontré quatre personnes ou davantage. Et l'histoire s'arrête rarement à ce stade: 82% ont embrassé au moins une personne, tandis que trois-quarts ont passé au stade de la relation intime avec une personne rencontrée sur le Net.

Les Romands sont connectés et rencontrent du succès

L'enquête permet également de conclure que la majorité des utilisateurs des sites de rencontre désirent trouver davantage qu'une aventure éphémère. Et une bonne partie trouve chaussure à son pied: 42% affirment avoir pu entamer une relation sérieuse grâce au Net, et 19% même plusieurs. A noter qu'on enregistre de fortes disparités entre les régions linguistiques, les Romands étant les plus aptes à créer un lien solide (69%) devant les Tessinois et, en dernier, les Alémaniques. Les femmes sont également «meilleures» pour trouver l'âme soeur online.

Autre élément qui plaide en faveur des sites de rencontres: les relations qui en sont issues ont de bonnes chances de durer. 18% de ceux qui ont pu construire dans le temps ont même fini par se marier. Ce fort taux de succès est aussi la raison principale qui pousse les personnes à se désinscrire. 13% le font parce qu'ils ont fini par trouver quelqu'un dans la «vraie vie», sans l'aide du Net.

Facebook et Cie également utiles pour trouver l'amour

Près de 40% des personnes interrogées ont au moins une fois connu un partenaire grâce au réseau social Facebook. Il s'agit principalement des moins de 30 ans. Et pour un quart d'entre eux, la relation a évolué en histoire d'amour.

Qu'en est-il des chances à long terme des relations entamées sur le Net, par rapport à celles qui ont débuté dans la «vraie vie»? Le psychologue et thérapeute de couple zurichois Klaus Heer ne fait pas de différence: «la manière dont démarre une relation amoureuse n'influence en rien sa durée et sa qualité», assure le spécialiste. En revanche, sur le plan de la relation sexuelle, la différence est notoire. Selon l'enquête de 20 minutes et de gfs.bern, ils sont d'ailleurs deux fois plus nombreux à estimer qu'une relation entamée sur le Net est plus satisfaisante sous la couette. «Cela s'explique par le fait que l'on se montre d'emblée plus ouvert à évoquer son intimité lorsqu'on discute sur internet qu'en vrai, détaille Klaus Heer. Cette situation peut facilement engendrer des fantasmes». Lesquels se réaliseront dans la vie réelle une fois la rencontre devenue effective...

Ton opinion