Corée Du Nord: Une seconde connexion internet pour Pyongyang
Actualisé

Corée Du NordUne seconde connexion internet pour Pyongyang

Grâce à Moscou, le régime de Kim Jong-un a renforcé son accès à la Toile.

1 / 150
La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

La Corée du Nord a testé mercredi un «nouveau type» de missile balistique, tiré à partir d'un sous-marin, au lendemain de l'annonce par Pyongyang de discussions de travail samedi sur le nucléaire avec Washington. (2 octobre 2019)

AFP
Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Washington s'est déclaré prêt à discuter avec Pyongyang. (Mercredi 21 août 2019)

Keystone
Le président chinois Xi Jinping a suggéré à son homologue américain Donald Trump lors du récent G20 d'alléger «en temps opportun» les sanctions visant la Corée du Nord, a révélé mardi le ministre chinois des Affaires étrangères. Il prône le «dialogue». (Mardi 2 juillet 2019)

Le président chinois Xi Jinping a suggéré à son homologue américain Donald Trump lors du récent G20 d'alléger «en temps opportun» les sanctions visant la Corée du Nord, a révélé mardi le ministre chinois des Affaires étrangères. Il prône le «dialogue». (Mardi 2 juillet 2019)

AFP

Une entreprise publique russe a établi une nouvelle connexion internet avec la Corée du Nord, la seconde après celle qui passe par la Chine, ce qui pourrait nuire aux efforts des Etats-Unis pour isoler le pays.

L'activation d'une nouvelle liaison internet mise en place par l'entreprise TransTeleCom a été détectée dimanche par des analystes de Dyn Research, société mesurant la cyberconnectivité mondiale.

Cette nouvelle connexion s'ajoute à celle établie par China Unicom, qui avait quasiment jusqu'à présent l'exclusivité du routage du trafic internet entre la Corée du Nord et le reste du monde.

Cette nouvelle ligne donne à Pyongyang «davantage de résilience en cas d'éventuelles attaques contre l'infrastructure de son réseau», a déclaré jeudi Bryce Boland, de la société de cybersécurité FireEye.

Trump-Kim: une dispute "de maternelle"

Le ministre russe des Affaires étrangères a comparé vendredi 22 septembre les échanges entre Donald Trump et le président de Corée du Nord à une "dispute entre enfants de maternelle". Sergueï Lavrov, qui s'exprimait en marge de l'Assemblée générale de l'ONU, a rappelé la volonté russe de trouver une solution politique

Attaques informatiques

Le «Washington Post» rapportait récemment que les Etats-Unis avaient mené des attaques informatiques contre des hackers nord-coréens visant à les priver d'accès internet, une opération qui aurait pris fin samedi.

Tillerson rencontre Xi pour parler Pyongyang

Le Secrétaire d'État américain, Rex Tillerson, a rencontré le président Chinois Xi Jinping samedi pour discuter de la Corée du Nord et préparer la visite du président des Etats-Unis Donald Trump en Novembre.

La Corée du Nord compte une unité d'environ 6800 spécialistes des cyberattaques, selon le ministère sud-coréen de la Défense. Elle a été accusée de nombreuses attaques informatiques de grande ampleur, et notamment de celle menée en 2014 contre Sony Pictures.

Mais avec une seule connexion internet avec l'extérieur, la Corée du Nord était elle-même particulièrement vulnérable. Avec une seconde ligne, «déconnecter la Corée du Nord d'internet devient beaucoup plus difficile», a déclaré M. Boland. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion