Utilisation du nom «Allah» par les chrétiens: Une septième église attaquée en Malaisie
Actualisé

Utilisation du nom «Allah» par les chrétiensUne septième église attaquée en Malaisie

De nouvelles attaques contre des lieux de culte chrétiens sont survenues dimanche en Malaisie dans un contexte de vive polémique sur le droit des non-musulmans à employer le mot «Allah».

Il s'agit de la huitième attaque d'édifices chrétiens depuis vendredi dans ce pays où l'islam est religion officielle.

Quatre églises et un couvent ont été la cible d'attaques ou de dégradations dimanche à Taiping dans l'état septentrional de Perak, selon la police. Des cocktails Molotov ont été lancés contre l'Eglise All Saints et un couvent tandis qu'une bouteille de kérosène a été retrouvée dans une autre église avant l'office.

Par ailleurs, la vitre d'une église baptiste de l'Etat de Malacca a été recouverte de peinture noire et des pierres ont été jetées contre celles de l'église Good Shepherd dans l'Etat de Sarawak, selon la police. Aucun blessé n'a été déploré.

Gouvernement rassurant

«Je pense que la foi des gens dépasse les événements actuels, donc ils continuent d'aller à l'église et de prier pour eux et pour la nation», a déclaré Hermen Shastri, le secrétaire général du Conseil des Eglises de Malaisie. Environ un millier de fidèles se sont rassemblés dimanche à Kuala Lumpur dans l'église de l'Assomption, visée par une précédente attaque.

«Je leur ai dit que nous ne cherchions à blâmer personne. Nous sommes pacifiques et nous sommes ici pour offrir nos prières à la nation», a déclaré le prêtre Philipps Muthu. «Evidemment, nous avons peur après l'incident, mais la vie doit suivre son cours», a-t-il ajouté.

De son côté, le gouvernement s'est voulu rassurant, par la voix du ministre de l'Intérieur Hishammuddin Hussein. «Les gens ne doivent pas avoir peur et ne doivent pas se laisser influencer par des informations circulant sur Internet», a-t-il déclaré à l'agence Bernama.

Polémique sur le nom de Dieu

Les tensions se sont accrues en Malaisie depuis que la justice a autorisé un journal catholique local, «The Herald», à appeler «Allah» le dieu chrétien dans ses éditions en malais.

Le «Herald», qui s'était vu refuser ce droit l'an dernier par le gouvernement, avait saisi la Haute cour en estimant que le mot arabe «Allah» était le plus adéquat pour désigner «Dieu» en langue malaise. L'hebdomadaire est édité à environ 14.000 exemplaires par semaine en quatre langues.

Face à la colère de groupes islamiques et aux pressions du gouvernement, la Haute cour a finalement suspendu mercredi sa décision dans l'attente d'un jugement de la Cour d'appel.

Le gouvernement se prévaut d'une décision du Haut conseil national de la fatwa de mai 2008 statuant que le mot «Allah» ne peut être utilisé que par les seuls musulmans en Malaisie afin d'éviter des confusions. Le pays, où l'islam est religion officielle, compte 850.000 catholiques.

Appel au calme

Samedi, le Premier ministre Najib Razak avait lancé un appel au calme. En visite dans l'une des églises endommagées, M. Razak a cherché à apaiser les tensions dans ce pays multiculturel où cohabitent, à côté de la majorité musulmane, des minorités chinoise et indienne.

Le pape Benoît XVI a condamné dimanche la violence envers les chrétiens. «Il ne peut y avoir de violence au nom de Dieu», a-t-il dit. Outre les violences en Malaisie, six coptes ont été tués mercredi dernier en Haute-Egypte lors du Noël orthodoxe. (ats/afp)

Ton opinion