Brésil: Une Suissesse se prend 3 balles par son copain
Actualisé

BrésilUne Suissesse se prend 3 balles par son copain

Une ressortissante helvétique installée au Brésil se trouve entre la vie est la mort après s'être fait tirer dessus à trois reprises, mardi soir. Son petit ami, soupçonné d'être l'auteur du crime, est en fuite.

par
fss/ofu
1 / 3
N.E., une Zurichoise de 37 ans installée au Brésil depuis plusieurs années, a été grièvement blessée par son peti ami.

N.E., une Zurichoise de 37 ans installée au Brésil depuis plusieurs années, a été grièvement blessée par son peti ami.

Police brésilienne
Il lui a tiré dessus à trois reprises. La police le recherche activement.

Il lui a tiré dessus à trois reprises. La police le recherche activement.

Google Streetview
Facebook

Une Suissesse de 37 ans a été blessée par balle, mardi soir à Tavares Bastos, près de Rio de Janeiro. N.E.* vit au Brésil depuis plusieurs années et a commencé à fréquenter l'auteur présumé des faits, Renan Leandro Figueiredo Corredouro, il y a environ une année. Jusqu'à récemment, le jeune homme purgeait une peine pour vol à main armée. Au moment de leur rencontre, il devait encore porter un bracelet électronique.

Il semblerait que la Zurichoise ait voulu aider son petit ami à sortir de la criminalité. Pour l'instant, on ignore pourquoi Renan Leandro Figueiredo Corredouro s'en est pris à la Suissesse. Touchée par trois balles à la poitrine et dans les deux bras, elle a été hospitalisée dans un état grave.

Voulait-elle rompre?

Son petit ami, lui, a pris la fuite, écrit le média brésilien «Odia». Interrogées, plusieurs personnes souhaitant rester anonymes expliquent que le couple s'est violemment disputé le soir des faits. Des amis affirment par ailleurs que la ressortissante helvétique avait prévu de rompre avec le Brésilien.

Sur Facebook, les amis de la victime s'activent pour trouver des donneurs de sang compatibles.

Contacté, le Département fédéral des affaires étrangères explique être au courant de l'affaire. Des vérifications sont en cours, confirme la porte-parole Carole Wälti.

* Nom connu de la rédaction

Ton opinion