Etats-Unis: Une technologie pour dénoncer les agresseurs
Actualisé

Etats-UnisUne technologie pour dénoncer les agresseurs

Nombreuses sont les personnes qui aimeraient qu'une app utilisée sur les campus pour récolter les témoignages de femmes harcelées soit disponible à plus grande échelle.

par
Catherine Cochard

Dans l'affaire Weinstein, une question revient souvent: pourquoi les victimes n'ont-elles pas parlé plus tôt? Pour y répondre, certains spécialistes s'appuient sur la théorie des jeux. Selon cette doctrine, le fait d'être le premier à s'avancer peut être un désavantage. Dans un cas de harcèlement sexuel, la première personne qui accuse prend le risque de voir sa parole mise en doute, surtout si personne ne suit.

En 2015, des spécialistes ont mis au point Callisto, une app déjà utilisée sur plusieurs campus, qui fonctionne à la manière de Tinder. Comme la personne peut exprimer son attirance pour un profil sans pour autant que l'autre le sache, une victime peut déposer son témoignage sans que cela soit public. Si une autre victime témoigne de ce que la même personne lui a fait subir, alors il se produit un «match». L'agresseur est mis sur la sellette.

Ton opinion