Science: Une thérapie pour allonger un peu plus la durée de vie

Publié

ScienceUne thérapie pour allonger un peu plus la durée de vie

Une nouvelle thérapie cellulaire pourrait rallonger sensiblement la durée de vie des hommes à l'avenir. Une équipe de chercheurs bernois a mené des tests concluants sur des mouches.

Une récente étude menée par des chercheurs bernois a été publiée dans la revue «Cell». L'équipe a mené des tests sur des mouches pourraient permettre de rallonger sensiblement la durée de vie des hommes à l'avenir. Le principe, une thérapie cellulaire, consiste à activer un gène qui détruit les cellules malsaines.

Le corps humain est formé de plusieurs milliards de cellules, a indiqué jeudi dans un communiqué de l'Université de Berne Eduardo Moreno, qui a dirigé la recherche. Lors du vieillissement, des défectuosités aléatoires s'accumulent en elles, soit en raison d'une surexploitation soit à cause de facteurs extérieurs. Ces défauts n'arrivent pas sur toutes les cellules, ni tous en même temps, ni avec la même intensité, selon M. Moreno. Certaines cellules sont plus touchées que d'autres.

Les chercheurs ont eu l'idée de trier les cellules saines et d'éliminer celles qui étaient endommagées. Pour mettre à l'épreuve leur hypothèse, ils ont mené l'expérience sur les mouches du vinaigre, drosophila melanogaster.

Introduire une troisième copie

L'équipe a mis au jour un gène qui est activé dans des cellules moins saines. Ils l'ont baptisé Azot, du nom d'une créature de la mythologie aztèque qui protège des eaux la population de poissons, mais qui attaque de manière ciblée les bateaux de pêche, soit exactement le comportement du gène.

Ce gène s'attaque en effet à des cellules moins saines, afin de protéger l'intégrité et la santé d'organes comme le cerveau ou les intestins. Normalement, deux copies de ce gène se trouvent dans une cellule.

En introduisant une troisième copie, les chercheurs sont parvenus à mettre à part plus efficacement les cellules et cellules nerveuses plus saines. Le résultat de ce contrôle cellulaire de qualité est étonnant. Les mouches traitées ont montré un tissu cellulaire plus sain, elles ont vieilli plus lentement et ont vu leur durée de vie augmentée de 50 à 60%. (ats)

Ton opinion