Guantanamo: Une trentaine de détenus peuvent être relâchés
Actualisé

GuantanamoUne trentaine de détenus peuvent être relâchés

Les Etats-Unis ont identifié une trentaine de détenus pouvant être relâchés de la prison militaire de Guantanamo.

Washington va demander dans les semaines qui viennent à ses alliés européens de recevoir des prisonniers.

«Nous comptons contacter des pays précis à propos d'individus précis relativement vite», a déclaré mercredi l'Attorney general Eric Holder à Berlin, troisième étape d'une tournée en Europe qui l'a déjà conduit à Londres et à Prague.

L'un des premiers actes du président Barack Obama après son entrée en fonctions le 20 janvier a été d'ordonner la fermeture d'ici un an du camp de détention de Guantanamo ouvert par George Bush après les attentats du 11 septembre 2001.

La décision a été saluée par les pays européens, mais la nouvelle administration doit maintenant convaincre ses alliés en Europe ou ailleurs dans le monde d'accepter une partie des 241 détenus dont elle estime qu'ils ne présentent pas une menace pour la société et peuvent être libérés.

Le ministre américain de la Justice a précisé que les Etats-Unis s'attelaient à rassembler des informations détaillées sur les détenus afin de les fournir à leurs partenaires.

En Europe, l'accueil des détenus ne fait pas l'unanimité. Certains pays, comme la Suisse, la France ou le Portugal, ont fait savoir qu'ils pourraient à venir en aide aux Etats-Unis. Mais l'Allemagne ne s'est pas engagée sur le dossier.

Le ministre allemand de l'Intérieur, Wolfgang Schaüble, a exprimé ouvertement des réserves sur le fait d'accueillir des détenus. Une telle décision pourrait se révéler impopulaire à l'approche des législatives de septembre. (ats)

Ton opinion