Actualisé 25.06.2019 à 11:32

Incendie Notre-Dame

Une trouvaille inespérée qui redonne espoir

L'horloger Jean-Baptiste Viot a retrouvé la copie conforme, ou presque, de l'horloge qui a fondu dans l'incendie en avril dernier.

1 / 44
Un office sera célébré le 16 avril 2024 à Notre-Dame de Paris, soit cinq ans après l'incendie, promettent les autorités. (Lundi 16 décembre 2019)

Un office sera célébré le 16 avril 2024 à Notre-Dame de Paris, soit cinq ans après l'incendie, promettent les autorités. (Lundi 16 décembre 2019)

AFP
Une cinquantaine d'ouvriers ont repris lundi les travaux de sécurisation de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée en partie par un incendie. Le chantier était interrompu depuis le 25 juillet en raison des risques de contamination au plomb. (19 août 2019)

Une cinquantaine d'ouvriers ont repris lundi les travaux de sécurisation de la cathédrale Notre-Dame de Paris, ravagée en partie par un incendie. Le chantier était interrompu depuis le 25 juillet en raison des risques de contamination au plomb. (19 août 2019)

AFP
En raison de l'exposition au plomb, le chantier est suspendu. (vendredi 26 juillet 2019)

En raison de l'exposition au plomb, le chantier est suspendu. (vendredi 26 juillet 2019)

AFP

Une soeur quasi jumelle de l'horloge de la cathédrale Notre-Dame de Paris a été retrouvée à quelques kilomètres de là, relançant l'espoir de pouvoir reconstruire ce chef-d'oeuvre emporté par les flammes avec le toit. Il faut monter un petit escalier en colimaçon, aussi étroit que sombre, pour arriver à une sorte de remise, située exactement sous les cloches de l'église de la Sainte-Trinité, en plein Paris.

Là, parmi un bric-à-brac de statues d'anges oubliées, de sculptures abandonnées et de vieux meubles, une horloge gigantesque sommeille, à peine visible derrière une cloison de bois à la peinture écaillée et aux fenêtres brisées.

Une découverte impromptue

Alors qu'il réalise un inventaire pour le compte d'experts en objets d'art, l'horloger Jean-Baptiste Viot pénètre en mai dans cette petite pièce à l'odeur de renfermé, avec en tête les images de l'horloge de Notre-Dame détruite dans le violent incendie d'avril. C'est le choc quand il découvre que le mécanisme de plus de 2 mètres de long oublié au fond de la Sainte-Trinité est «identique».

«C'est incroyable, c'est la même, la même!» répète-t-il en lustrant de sa main noircie la plaque d'étain ornant l'horloge pour faire apparaître une inscription qui ne trompe pas sur son lien de parenté. «Année 1867. Construite par Collin», soit la même année que celle de Notre-Dame. Et par le même atelier.

À moins de 4 kilomètres de la cathédrale Notre-Dame, Jean-Baptiste Viot vient de mettre la main sur la soeur jumelle, ou presque, de l'horloge qui a quasiment entièrement fondu dans l'incendie. «C'est une chance énorme. C'est comme si on retrouvait une autre édition d'un livre qui aurait brûlé. C'est inestimable», explique-t-il.

Notre-Dame sans horloge?

À la différence de la charpente de Notre-Dame, l'horloge n'avait pas été numérisée avant sa destruction. Les plans ayant disparu, aucune indication n'existe donc, sauf des photos, pour guider sa reconstruction.

La découverte de l'horloge de la Sainte-Trinité est inespérée: «Elle nous permet d'avoir une base de travail pour refaire les pièces» de celle de Notre-Dame. «Elle va servir d'étalon», selon Jean-Baptiste Viot.

«C'est presque miraculeux d'avoir fait cette découverte, acquiesce Olivier Chandez, l'horloger de Notre-Dame. Si on n'avait eu que des photos, il aurait fallu extrapoler. Mais avec ce modèle on a toutes les cotations et on peut lancer les fabrications», explique l'expert. Rendue obsolète par la fée électricité qui compte dorénavant les heures à la Sainte-Trinité, l'horloge n'a pas tourné depuis plus de cinquante ans. Mais il suffit de donner un bon coup de manivelle pour que le tic-tac se fasse de nouveau entendre.

«Une goutte d'eau»

«C'est fou. Cinquante ans après. Même la sonnerie est fonctionnelle», se réjouit Jean-Baptiste Viot. Mais il n'est pas question de tout simplement déshabiller Sainte-Trinité pour habiller Notre-Dame en y transférant l'horloge, tranche Olivier Chandez. «C'est le même modèle mais il y a quand même quelques différences: celle de Notre-Dame était un peu plus élaborée. Il n'est donc pas possible de faire l'échange standard.»

L'horloger voudrait plutôt qu'une «vraie réplique» retrouve l'emplacement que l'horloge occupait avant le sinistre, exactement sous la flèche disparue, sous les toits. Mais pour ce faire encore faut-il que cette reconstruction s'inscrive dans le projet global de rénovation de l'édifice. «Qu'on reconstruise sans horloge, c'est une crainte, oui», avertit Olivier Chandez.

Pourtant, la reconstruction de l'horloge «serait une goutte d'eau» dans les fonds déjà promis pour la reconstruction (850 millions d'euros à la mi-avril). «Si elle coûte 1% du budget global, ce serait déjà le bout du monde», estime M. Chandez. En tout cas, le «maître du temps» de Notre-Dame refuse de concevoir une «nouvelle» cathédrale sans son cadran: «Tous les édifices religieux ont une horloge, tous.» Et Jean-Baptiste Viot d'abonder: «Une cathédrale sans horloge, c'est comme un porte-avion sans avions.» (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!