Covid-19 – Une vague «monstre» va submerger la Suisse
Publié

Covid-19Une vague «monstre» va submerger la Suisse

La vague d’infections par Omicron est devenue inarrêtable, selon la directrice de la Santé publique du canton de Zurich. Pour affronter le manque de personnel, elle exige une quarantaine de 5 jours seulement.

Un nombre grandissant de spécialistes espère d’ailleurs que grâce à Omicron, l’immunité de base de la population augmentera rapidement.

Un nombre grandissant de spécialistes espère d’ailleurs que grâce à Omicron, l’immunité de base de la population augmentera rapidement.

20min/Matthias Spicher

Au vu de l’explosion du nombre de nouvelles infections par le Covid-19, «il est temps de regarder la réalité en face et d’être honnête avec la population, afin d’éviter que notre société ne soit paralysée». C’est l’avis de Natalie Rickli (UDC), cheffe du département de la santé publique du canton de Zurich.

«Nous avons affaire à une vague monstre qui ne peut plus être arrêtée», explique-t-elle dans une interview publiée par la «NZZ am Sonntag». Selon elle, cette vague va toucher autant la société que l’économie et tous les individus. Le canton de Zurich pourrait ainsi compter jusqu’à 40’000 nouvelles infections par jour à fin janvier. Et elle en appelle au Conseil fédéral pour qu’il le dise aussi clairement mercredi prochain.

Son avis est partagé par nombre d’experts, dont Cornel Fraefel, directeur de l’Institut de virologie de l’Université de Zurich, interviewé par le «SonntagsBlick». Selon lui, même des mesures plus sévères ne pourront plus arrêter l’expansion massive des infections, tout au plus les retarder.

Retour à la normale au printemps

Toutefois, Natalie Rickli – tout comme de nombreux spécialistes – estime que cette vague sera «forte mais courte», avec un retour à la normale prévu pour la fin février ou pour le printemps. Alors, le virus deviendra endémique: il s’installera dans la population comme celui de la grippe.

Un nombre grandissant de spécialistes espère d’ailleurs que grâce à Omicron, l’immunité de base de la population augmentera rapidement. Ainsi, le virus continuera certes à circuler de façon constante, mais à un niveau plus bas.

Pour des quarantaines de cinq jours

Au vu de l’augmentation du nombre de quarantaines, Natalie Rickli et ses homologues de Suisse orientale exigent par ailleurs de réduire celles-ci de 10 à 5 jours. Economiesuisse, l’association faîtière de l’économie, a fait la même demande la semaine dernière, rappelle le «SonntagsBlick».

À condition toutefois que les personnes concernées soient asymptomatiques. Mais du côté de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), on recommande une quarantaine de sept jours, et, selon le journal zurichois, il ne devrait pas changer d’avis.

«Ni plus, ni moins» prolongé

Mercredi prochain, le Conseil fédéral va prolonger les mesures actuelles du «ni plus, ni moins», selon une analyse du «SonntagsBlick». Objectif: retarder au mieux les infections potentielles pour obtenir une baisse de la courbe du nombre de nouveaux cas. Mais cela exigerait de réduire et limiter plus encore les capacités d’accueil des lieux publics, par exemple au restaurant, dans les supermarchés ou lors de grandes manifestations.

Des mesures que Berne craint visiblement de prendre, alors que les mesures en vigueur ne peuvent guère réduire la vague actuelle d’Omicron. Le journal zurichois rappelle ainsi que la semaine dernière, Anne Lévy, cheffe de l’OFSP avait précisé à la radio SRF que «la stratégie est fixée depuis un certain temps déjà». Sauf qu’Omicron a tout bouleversé. Cela alors qu’on avait déjà tardé à lancer la campagne d’administration de la 3e dose du vaccin anti-Covid-19 et que la coûteuse semaine de la vaccination s’est avérée être un «flop».

Toutefois, le régime des tests sera ajusté, note le journal dominical. Pour éviter le collapsus des laboratoires, en cas de test rapide positif, il ne faudra plus le confirmer par un test PCR. De plus, l’OFSP a recommandé aux cantons de poser des priorités, et de tester d’abord les personnes présentant des symptômes de Covid-19 en cas de goulets d’étranglement.

(ewe)

Ton opinion

705 commentaires