Soleure: Une vidéo de l'EI, des menaces et une enquête
Actualisé

SoleureUne vidéo de l'EI, des menaces et une enquête

Des images de décapitation d'otages ont tourné entre élèves dans le district de Gäu (SO). La police des mineurs s'est saisie de l'affaire.

par
dmz

Depuis des mois, l'Etat islamique fait sa propagande à coup de vidéos trash, montrant des décapitations d'otages sans aucune censure. L'une d'elle a fini sur le téléphone d'un élève de 7e année de l'école du district de Gäu, à Neuendorf (SO), qu'il a partagée avec certains camarades.

Ces images ont par ailleurs servi, un peu plus tard, à illustrer des menaces proférées envers un autre adolescent. Quand il s'en est plaint à la direction, elle a décidé de ne pas laisser passer cette affaire, révèle mardi la «Solothurner Zeitung». «Nous avons immédiatement réagi, explique le directeur Christoph Kohler au quotidien. Chez nous, l'échange de vidéos à caractère violent ou pornographique n'est pas toléré. Les autorités judiciaires ont été prévenues.»

Marcel Dubach, chef de la brigade des mineurs de la police cantonale soleuroise, confirme. Il ne croît toutefois pas que les élèves aient pris un quelconque plaisir à voir ces images: «Dans ce genre de cas, il s'agit souvent de prouver qu'on est courageux en regardant des vidéos trash», analyse-t-il. Concernant les menaces, il relativise: «On arrive vite à écrire des choses qu'on ne pense pas vraiment. Les jeunes ne sont souvent pas conscients de la gravité de leurs actes.»

Quatre ou cinq élèves seraient impliqués. Et ils devront répondre de leur «bêtise». Ils risquent d'être poursuivis pour propagation d'images violentes. L'avocate spécialiste des mineurs Barbara Altermatt ne s'attend toutefois pas à des sanctions sévères, mais plutôt à des avertissement ou des travaux d'intérêt général. De son côté, l'école attend le résultat de la procédure pour prendre des mesures éventuelles. «Mais nous partons du principe qu'ils ne savaient pas ce qu'ils faisaient et qu'ils ne sont pas dangereux», conclut Christoph Kohler.

Ton opinion