Rio: Une vie de luxe au milieu des favelas
Actualisé

RioUne vie de luxe au milieu des favelas

Des centaines de policiers ont pris le contrôle dimanche des favelas du Complexo do Alemao, au milieu desquelles se trouve une somptueuse villa d'un baron de la drogue.

La maison de trois étages de l'un des «gérants» du trafic comprend un jacuzzi géant avec hydromassage dans la chambre à coucher, une piscine et un barbecue sur la terrasse... Le luxe au milieu de la misère.

La maison de trois étages de l'un des «gérants» du trafic comprend un jacuzzi géant avec hydromassage dans la chambre à coucher, une piscine et un barbecue sur la terrasse... Le luxe au milieu de la misère.

Après avoir repris le contrôle dimanche matin du bastion des narcotrafiquants dans un ensemble de favelas du nord de Rio, des patrouilles de policiers encagoulés et armés de fusils M16 et FAL 762, fouillaient les maisons désignées comme appartenant aux trafiquants, sur dénonciation des habitants.

Au milieu de tant de misère, la maison de trois étages de l'un des «gérants» du trafic, «Pezao» (grands pieds), laquelle a été saccagée par la police.

Elle comprend un jacuzzi géant avec hydromassage dans la chambre à coucher, une piscine et un barbecue sur la terrasse. Les murs des chambres des garçons sont décorés de motifs de skate board et voiture de course et ceux des filles de l'affiche du chanteur canadien Justin Bieber.

Des bouteilles de Dom Pérignon ont été cassées par la police et une odeur de champagne règne dans la cuisine.

Une voisine très croyante envoie les journalistes qui visitent cette villa «en enfer» car ils marchent sur des DVDs évangéliques qui trainent par terre.

Restes visibles d'une importante bataille

Les trafiquants de drogue, confrontés à la plus grande opération policière de l'histoire de Rio de Janeiro, se sont enfuis sans opposer de résistance en laissant derrière eux des centaines de kilos de marijuana et de cocaïne.

Les restes d'une grande bataille qui n'a pas eu lieu sont visibles dans le bastion des narcotrafiquants, le Complexo do Alemao, au nord de la ville : des dizaines de personnes arrêtées, plusieurs tonnes de marijuana et de cocaïne saisies, des motos abandonnées jonchent le sol de la favela;

Des barricades en ciment improvisées par les narcos pour bloquer les rues ont été détruites par les blindés.

«La majorité (des délinquants retranchés depuis jeudi dans les lieux) s'est enfuie» avant le début de l'invasion policière et militaire à 08H00 locales (10H00 GMT) de dimanche, a déclaré à l'AFP le chef de la Police civile Marcio Mendonça en montrant des centaines de kilos de marijuana trouvés dans l'une des maisons des ruelles de la favela.

«Ils (les narcos) sont arrivés jeudi après l'offensive policière (appuyée par des blindés de la marine et des hélicoptères) à Vila Cruzeiro et ils ont bien vu qu'ils ne pouvaient rien faire contre tant de forces de l'ordre», a ajouté Mendonça, satisfait de la facilité de la reprise de contrôle du terrain.

De temps en temps un homme torse nu et en bermuda, les mains attachées dans le dos par des menottes, est escorté par des policiers et suivi de près par son épouse exaltée qui crie en protestant de son innocence.

Les voisins observent la scène de leur fenêtre ou de leur balcon.

Des échanges de tirs nourris avaient éclaté avant le début de l'opération mais ensuite peu de coups de feu avaient été entendus.

«Personne n'a été blessé jusqu'à présent», a déclaré à l'AFP le major des pompiers, Edson Gonçales, responsable des secours.

Evoquant la reprise du contrôle de l'Etat sur ces favelas après 30 ans d'absence, le major Mendonça souligne: «nous sommes venus ici pour rester»

Visite de la luxueuse villa

(afp)

Ton opinion