Une vie qui bascule à cause d'un sifflement continu
Actualisé

Une vie qui bascule à cause d'un sifflement continu

GENEVE – Serge Picchione, professeur de maths au collège, est victime de troubles auditifs. Il sensibilise ses élèves à ce problème.

«Je me suis réveillé un matin avec un sifflement aigu dans les oreilles. C'était il y a un an et demi. Ma vie a basculée, raconte Serge Picchione. Tous les sons étaient amplifiés et j'entendais un sifflement qui ne m'a plus jamais quitté.» A 33 ans, il souffre d'acouphènes (sifflements et bourdonnements continus) et d'hyperacousie modérée (hypersensibilité aux bruits). Il a ainsi pris l'initiative de sensibiliser ses élèves, à travers un diaporama, aux risques de l'exposition à la musique amplifiée. Ce problème touche de plus en plus de jeunes, exposés à trop de décibels en boîtes, aux concerts et avec des écouteurs. «Depuis ce cours, j'écoute moins mon Ipod et je met des boules Quies aux concerts», raconte Arjuna, 18 ans. «J'ai été choqué de voir ces jeunes de mon âge vivant avec des sifflements toute leur vie, s'inquiète Yann, 17 ans. Un jour, en sortant d'un concert, j'ai senti des douleurs dans mes oreilles. Depuis, je mets des tampons.» Serge Picchione ne compte pas s'arrêter là. Il prépare actuellement une campagne de prévention qu'il souhaite proposer à tous les établissements scolaires du canton. Aucun traitement n'a encore été découvert, faute de moyens. «Si, au moins, il existait un médicament qui soulage», regrette Serge Picchione. En Suisse, 280 000 personnes ont des bourdonnements d'oreilles, et 70 000 en sont très affectées.

Sabrine Gilliéron

Ton opinion