France: Une ville d'Isère se réveille rue «de la charia»
Actualisé

FranceUne ville d'Isère se réveille rue «de la charia»

Une bourgade s'est réveillée vendredi «rue de la charia» ou «des infidèles», des militants d'extrême droite ayant modifié l'affichage pour dénoncer la construction d'une mosquée.

La rue Félix-Faure a été renommée «rue de la Charia (loi coranique)».

La rue Félix-Faure a été renommée «rue de la Charia (loi coranique)».

«C'est pour alerter les habitants de Saint-Martin-le-Vinoux de l'islamisation de leur ville, et plus largement, du bassin grenoblois, que les Identitaires ont mené cette opération», écrit le mouvement extrémiste du Bloc Identitaire dans un communiqué diffusé vendredi matin.

Un énorme autocollant a ainsi été apposé sur le panneau de la rue Félix-Faure, renommée «rue de la Charia (loi coranique)», tandis que le nom de la commune était transformé en «Saint-Martin-la-Mosquée».

«Ce sont des gens extérieurs à la commune et qui n'en connaissent pas la réalité sociologique», a dénoncé le maire socialiste Yannick Ollivier.

«Il est normal qu'une communauté qui a envie de pratiquer sa religion dispose d'un lieu de culte pour le faire», a-t-il plaidé.

Musulmans obligés de prier dans un gymnase

Dans l'attente de l'achèvement des travaux de construction de leur mosquée, les musulmans de Saint-Martin-le-Vinoux prient actuellement dans le gymnase intercommunal. Auparavant, ils avaient été accueillis dans les salles de catéchisme de l'église locale.

M. Ollivier a indiqué à l'AFP qu'il n'avait pas l'intention de porter plainte contre cette action du Bloc identitaire «pour ne pas leur donner plus d'importance qu'ils n'en ont».

Fondé en 2003 sur les cendres d'Unité Radicale, groupuscule d'ultra-droite dissous en 2002 après l'attentat manqué d'un de leurs sympathisants contre le président Jacques Chirac, le Bloc Identitaire est spécialisé dans l'activisme sur internet. Il défend une vision «ethnique» de l'«identité européenne» et rejette avec virulence l'immigration et l'islam.

C'est ce mouvement qui avait été à l'origine du groupe Facebook pour un apéro-géant «saucisson-pinard» dans le quartier multiethnique de la Goutte d'Or à Paris en juin 2010, initiative finalement annulée mais qui lui avait offert une tribune médiatique considérable. (afp)

Ton opinion