Valais: Une vingtaine de villages alpins en danger
Actualisé

ValaisUne vingtaine de villages alpins en danger

À cause du réchauffement climatique, une partie de la haute-montagne est en dégel. Certains villages sont potentiellement exposés à des laves torrentielles.

par
joe

Des laves torrentielles pourraient toucher la région de Zinal. C'est le constat alarmant qu'a dressé jeudi «Le Temps». Des incidents survenus en 2011 et 2012, notamment en Valais, ont mis en lumière ces risques encourus à cause du réchauffement climatique. À cause de la chaleur qui augmente, le «pergélisol» - le sol gelé toute l'année - a tendance à ramollir. Les conséquences: des coulées de boue et de rocher qui peuvent atteindre les villages situés dans les vallées.

Les conséquences exactes de ce phénomène sont encore peu connues, relate le quotidien. Plusieurs universités romandes, ainsi que l'Institut fédéral de recherche sur la neige et les avalanches (SLF), étudient le phénomène. Des forages sont effectués depuis trois ans sur le glacier Bonnard, au-dessus de Zinal. Ces analyses ont permis d'établir que deux zones au-dessus de Zinal étaient potentiellement dangereuses, la plus importante représentant 30'000 mètres cubes de matériaux gelé au-dessus du torrent du Péterey.

À l'arrivée des torrents dangereux, la commune d'Anniviers a déjà entrepris des travaux pour se protéger. Des murs d'une dizaine de mètres ont été construits, des dépotoirs servant initialement pour les avalanches ont été élargis. «Depuis 2009, nous avons investi chaque année quelque 2 millions dans ces ouvrages et allons investir encore 1,5 million en 2013 et en 2014», explique au «Temps» le président de la commune, Simon Epiney.

Dans un rapport publié la semaine dernière sur l'impact du réchauffement climatique, la Confédération expliquait qu'«il n'existe jamais de protection absolue parce qu'il existera toujours des évènements dépassant les valeurs prévues». Les communes vont toutefois pouvoir prendre des mesures en établissant notamment des cartes de dangers et en limitant les constructions dans les zones à risque.

Ton opinion