Une violente secousse sème la mort au centre du Japon
Actualisé

Une violente secousse sème la mort au centre du Japon

KASHIWAZAKI – Le centre a été secoué par le plus violent des séismes depuis dix ans. Avec, pour conséquence, une fuite radioactive.

Le séisme d'une magnitude de 6,8 sur l'échelle ouverte de Richter a secoué hier la côte nord-ouest du Japon, faisant au moins sept morts et un millier de blessés. La secousse a détruit des dizaines d'immeubles et de maisons.

La ville de Kashiwazaki a été particulièrement touchée. Six personnes âgées, quatre femmes et deux hommes, sont mortes dans l'effondrement des structures dans lesquelles elles se trouvaient, et un vieillard de 82 ans a succombé à ses blessures à l'hôpital.

Des flammes se sont échappées de la centrale nucléaire de la ville, la plus importante structure du monde en termes de capacité de production d'électricité, qui s'est automatiquement arrêtée. Une légère fuite radioactive, sans danger majeur apparent, a également été enregistrée. Trois réacteurs nucléaires situés dans la région se seraient en outre arrêtés automatiquement. L'épicentre du séisme qui a frappé la région à 10 h 13, heure locale (1 h 13 GMT) se situe à 260 kilomètres au nord-ouest de Tokyo. La capitale et l'île de Honshu ont été ébranlées par des répliques. Un violent séisme de 6,6 sur l'échelle de Richter a été enregistré hier soir à Kyoto (ouest). L'archipel nippon est situé à la croisée de quatre plaques tectoniques. Les experts s'accordent à dire qu'il y a 90% de chance pour que la capitale connaisse un séisme similaire à celui de 1923 (142 000 morts) au cours des cinquante prochaines années.

(ap)

Ton opinion