Syrie: Une voiture piégée explose près d’une base russe, des blessés
Publié

SyrieUne voiture piégée explose près d’une base russe, des blessés

Un pick-up bourré d’explosifs a explosé à proximité d’une base russe vendredi dans la province syrienne de Raqa. C’est la première attaque visant une cible russe dans la région.

Un groupe proche d’Al-Qaïda, a revendiqué l’attaque survenue avant l’aube dans la région de Tal al-Saman dans la province de Raqa. (Photo prétexte)

Un groupe proche d’Al-Qaïda, a revendiqué l’attaque survenue avant l’aube dans la région de Tal al-Saman dans la province de Raqa. (Photo prétexte)

AFP

Un véhicule piégé garé près d’une base militaire russe dans le nord-est de la Syrie a explosé vendredi faisant des blessés, la première attaque du genre menée par un groupe jihadiste contre cet allié du régime syrien dans la zone, selon une ONG.

Un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux et attribué au groupe Hourras al-Din, proche d’Al-Qaïda, a revendiqué l’attaque survenue avant l’aube dans la région de Tal al-Saman dans la province de Raqa.

Cette zone est contrôlée par les forces kurdes syriennes, mais des forces du régime syrien et russes y sont aussi présentes. La Russie, qui aide militairement le régime de Bachar al-Assad dans la guerre, n’a pas réagi dans l’immédiat.

Selon l’Observatoire syrien des droits de l’Homme (OSDH), deux hommes ont garé un pick-up bourré d’explosifs tout près de la base et ont pris la fuite. L’attaque a fait un nombre indéterminé de blessés.

«Première attaque»

«C’est la première attaque (au véhicule piégé) contre une base russe dans le nord-est de la Syrie», selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

Le groupe Hourras al-Din est implanté dans la province d’Idleb, dernier grand bastion rebelle et jihadiste dans le nord-ouest du pays, et mène rarement des attaques hors de cette région.

La Russie a souvent accusé les groupes rebelles et jihadistes à Idleb d’attaques aux obus et drones contre sa base aérienne de Hmeimim, plus à l’ouest, dans la province de Lattaquié.

Embrasés pendant des années, les fronts se sont quasiment tus en Syrie depuis de nombreux mois, après que le régime Assad, fort du soutien crucial de l’aviation militaire russe, a réussi ces dernières années à reprendre plus de 70% du territoire.

Déclenchée en 2011 par la répression de manifestations prodémocratie, la guerre s’est complexifiée au fil des ans avec l’implication de nombreux belligérants, des groupes jihadistes et de puissances étrangères. Elle a fait plus de 387’000 morts.

(AFP)

Ton opinion