Actualisé 23.06.2020 à 15:19

Vaudoise Arena

Unia: «cet audit n’a aucune crédibilité»

Mardi matin, le CA du nouveau complexe sportif a présenté les conclusions d’un audit qu’il a lui-même commandité. Les travailleurs concernés ne décolèrent pas et contestent sa validité.

La Vaudoise aréna devait à tout prix être prête pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) début janvier. 
La Vaudoise aréna devait à tout prix être prête pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ) début janvier. KEYSTONE

«Il y a eu des carences et des faiblesses dans l'organisation liée à la nouvelle ampleur de l'exploitation de la patinoire de Malley», a reconnu Alain Gillièron, vice-président du CA du Centre sportif de Malley (CSM), au moment de présenter les résultats d’un audit, demandé à la suite d’un conflit entre une partie des salariés et les responsables de la Vaudoise aréna. «Mais aucune faute grave ni aucune illégalité dans le travail de nuit n'ont été constatés», a-t-il résumé.

Parmi les mesures prises pour améliorer les conditions de travail et l'organisation, un poste de ressources humaines et un poste de responsable des finances seront créés. Une commission du personnel est aussi prévue.

Des résultats complaisants

Mais le syndicat Unia conteste la crédibilité de cet audit. «Pour qu’il soit indépendant, il aurait fallu que les deux parties en conflit s’accordent sur la méthodologie et sur l’organisme devant s’en charger. Du moment que l’employeur est le seul mandataire, le résultat est forcément complaisant», estime Arthur Auderset.

Ce dernier s’offusque également du manque de transparence du CA du CSM. «La presse est informée, alors que les salariés n’ont pas été contactés. De plus, on ne nous donne pas accès à l’audit. Je n’avais jamais vu de telles façons de procéder», poursuit-il.

Ainsi, Unia maintient sa volonté de faire intervenir l’organe de conciliation du canton de Vaud. «Les salariés ont dénoncé de manière très précise une série de problèmes, allant des menaces aux méthodes managériales autoritaires et ils attendent toujours qu’on leur réponde. En plus de quatre mois, la situation n’a pas évolué.»

20 heures de travail par jour

Toute l'affaire a pour toile de fond la construction de la Vaudoise aréna, qui devait à tout prix être prête pour les Jeux Olympiques de la Jeunesse (JOJ), début janvier. La vingtaine d'employés du CSM ont été mis sous forte pression durant cette phase. Des durées de travail allant jusqu'à 20 heures par jour et du travail de nuit sans autorisation avaient notamment été dénoncés par les employés du nouveau complexe sportif de l'ouest lausannois.

Informé, le conseiller d'Etat vaudois en charge de l'économie Philippe Leuba avait invité le CA du CSM SA, propriétaire et exploitant de la nouvelle patinoire de Malley, à commander un audit externe. Et Arthur Auderset d’ajouter: «Quand un quart des travailleurs sont en arrêt maladie de longue durée, sans compter ceux qui ont préféré démissionner, c’est bien qu’il y a problème.»

(ATS)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
21 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Pro-UNIA

24.06.2020 à 08:25

Heureusement qu'il a les syndicats, donc la gauche, pour défendre les employés face à ses managers de la droite-caviar qui veulent comme toujours le beurre et l'argent du beurre avec la bénédiction du PLR et de l'UDC.

poupou

24.06.2020 à 08:24

si il s'ont capable de travailler 20 heures par jour je comprends pourquoi le chômage est si élevé!!!!

R.Mousse

23.06.2020 à 14:57

Voilà que le directeur s’en sort encore ?? Comme à Nyon dans mon service!! Scandale !! Mais jusqu’à quand va-t-il sévir ? Dictateur imbu de lui-même !!