Berne: Unia contre le travail la nuit et le dimanche

Actualisé

BerneUnia contre le travail la nuit et le dimanche

Unia est prêt à lancer le référendum contre l'extension du temps de travail la nuit et le dimanche.

Le syndicat Unia ne veut pas d'une extension des temps de travail la nuit et le dimanche. C'est ce qu'ont confirmé à l'unanimité les délégués réunis samedi à Berne. Au besoin, un référendum sera lancé si le projet passe la rampe du Parlement.

L'initiative Lüscher exige une modification de la loi sur le travail visant à autoriser l'ouverture 24h/24 des magasins des stations-service et, du même coup, à étendre le travail de nuit et du dimanche.

Le Conseil fédéral a conçu un contre-projet qui prévoit, lui aussi, d'inscrire dans la loi une extension du travail de nuit et du dimanche. Le Conseil des Etats a adopté la proposition du Conseil fédéral, et le Conseil national débattra également du projet à sa session d'hiver.

Le personnel sous pression

Pour le syndicat Unia, c'est le personnel qui paierait la facture. Le projet contrevient à l'interdiction du travail de nuit et du dimanche et affaiblit d'autant la loi sur le travail. En effet, la protection de la santé y est sacrifiée aux intérêts des consommateurs, selon Unia. Il s'agit en outre, selon le syndicat, d'un signal négatif pour toutes les branches d'activité.

Le personnel ferait indiscutablement les frais d'une augmentation du travail de nuit et du dimanche. Aujourd'hui déjà, la branche de la vente offre bien souvent de mauvaises conditions de travail et de bas salaires. Unia n'hésitera donc pas, selon un communiqué, à saisir le référendum contre la modification de la loi sur le travail. Le comité central a reçu la compétence de décider du lancement d'un référendum, une fois que le Conseil national se sera prononcé. (ap)

Ton opinion