Actualisé 25.03.2015 à 14:29

Vallotech

Unia dénonce des baisses de salaires

Pour faire face au franc fort, la société vaudoise Vallotech a décidé de baisser les salaires de ses employés frontaliers, une pratique que critique le syndicat Unia.

L'organisation syndicale invite l'entreprise spécialisée dans la fabrication de pièces moulées à s'asseoir à la table des discussions.

La direction de la firme implantée à Vallorbe (VD) a demandé à ses salariés frontaliers de baisser de 10% leur rémunération, a indiqué à l'ats mercredi Yves Defferrard, responsable du secteur industrie d'Unia Vaud. L'organisation syndicale rappelle que cette pratique est illégale. Vallotech a, en outre, décidé d'augmenter de 15 minutes par jour, la durée du temps de travail.

La société a tout d'abord souhaité supprimer le 13e salaire de ses 80 salariés et baisser de 20% le salaire de ses employés frontaliers. Devant ces décisions, Unia a réagi, ce qui a amené l'entreprise à faire marche arrière.

Licenciements collectifs

Les mesures proposées par le groupe font l'objet d'un nouveau contrat de travail, avec licenciements à la clé pour ceux qui refusent de signer, souligne le syndicat. Selon Unia, avant la signature des nouveaux contrats de travail, la société a procédé à des licenciements collectifs sans appliquer la procédure légale de consultation.

Unia appelle la firme au dialogue qui jusqu'à maintenant n'a accepté aucune rencontre. Sans réponse, le syndicat se réserve le droit de prendre des mesures plus contraignantes. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!