Meyrin (GE): Unia et Mecalp Technology vont négocier
Actualisé

Meyrin (GE)Unia et Mecalp Technology vont négocier

Une procédure de conciliation a été engagée mardi entre le syndicat et la direction de la filiale genevoise du groupe français Bontaz-Centre.

L'entreprise de Meyrin (GE) a voulu instaurer des mesures d'économie pour tenir compte du franc fort.

L'entreprise de Meyrin (GE) a voulu instaurer des mesures d'économie pour tenir compte du franc fort.

Les parties se sont engagées devant la Chambre des relations collectives de travail (CRCT) à négocier en vue de trouver un accord, a précisé un communiqué de la Chambre. Si un accord n'est pas conclu prochainement, les parties seront reconvoquées pour une nouvelle audience le 14 avril.

Durant la procédure, Mecalp Technology s'est engagée à suspendre toute mesure visant à péjorer les conditions de travail, selon le communiqué. Le conflit avait éclaté le 10 mars, lorsqu'une partie des 50 employés avait débrayé pour protester contre des mesures qualifiées d'illégales par le syndicat Unia.

Mecalp Technology est une filiale du groupe français Bontaz-Centre, actif dans l'équipement automobile. Sous prétexte du franc fort, elle avait annoncé unilatéralement des modifications des contrats de travail, comportant du travail gratuit le samedi, le paiement des salaires en euros et une baisse généralisée des salaires à hauteur de 10%.

Des employés avaient été licenciés pour avoir débrayé. Ces mesures ont ensuite été au moins partiellement retirées, mais un accord n'a pas pu être conclu jusqu'ici entre la direction et le syndicat. (ats)

Ton opinion