Hooliganisme: Unité spéciale anti-hooligans abandonnée
Actualisé

HooliganismeUnité spéciale anti-hooligans abandonnée

Le rêve du conseiller d'Etat neuchâtelois Jean Studer est quasi-enterré: il n'y aura pas d'unité intercantonale contre les «fans turbulents».

par
Raphaël Pomey

Ils auraient dû être 300, comme dans le célèbre film de Zack Snyder. Sauf qu'à la place des Perses, les membres de ce corps de police auraient eu pour adversaires hooligans et manifestants turbulents. Hélas pour le ministre neuchâtelois Jean Studer, défenseur du projet, la création de cette unité spéciale vient d'être renvoyée à la saint Glinglin, révèle la «RSR».

Idée trop couteuse

L'idée a été jugée trop coûteuse, en hommes et en argent, par la conférence des directeurs cantonaux de justice et police. «Comme d'habitude, les politiques attendent un mort pour agir», lâche un expert du hooliganisme. Membre de la commission de sécurité de la Swiss Footbal League, Christian Python ajoute: «Avoir ces hommes en réserve aurait permis de faire coïncider plus facilement les grands événements dans une même ville.»

Haussement d'épaule de hooligan

Un avis contesté par un habitué du milieu hooligan. «Cela n'aurait de toute façon pas changé grand chose. Au contraire, on sait bien qu'une présence massive de flics peut être vue comme de la provocation. Depuis l'Euro 2008, on nous parle de mesures en tout genre. Cela n'a jamais empêcher quelqu'un d'aller se battre.»

Ton opinion