Présidentielle: USA : Mandat d'arrêt contre la candidate écolo
Actualisé

PrésidentielleUSA : Mandat d'arrêt contre la candidate écolo

Jill Stein, candidate du Green Party, fait l'objet d'un mandat d'arrêt pour avoir tagué un bulldozer lors d'une manifestation.

La candidate écologiste à la présidentielle américaine de novembre faisait l'objet mercredi 7 septembre d'un mandat d'arrêt pour avoir tagué un bulldozer lors d'une manifestation, a annoncé la police. Elle est créditée d'environ 5% des intentions de vote dans les sondages.

Jill Stein est accusée de deux infractions mineures, pour avoir fait des graffitis sur un bulldozer et empiété sur une propriété privée, selon la police du comté de Morton, dans le Dakota du Nord. Elles pourraient lui valoir jusqu'à 30 jours d'incarcération et/ou une amende de 1500 dollars, selon la loi de cet Etat rural. Son colistier dans la course à la Maison-Blanche, Ajamu Baraka, est sous le coup des mêmes accusations.

Ils s'étaient joints mardi à une manifestation contre la construction d'un oléoduc au milieu des immenses prairies du Dakota, près d'une réserve sioux.

Camp de fortune

Les sioux de la réserve, située au sud de l'endroit, où l'oléoduc de 1900 kilomètres doit traverser la rivière Missouri, affirment que les équipes de construction ont déjà, en creusant, détruit plusieurs sites sacrés d'inhumation et de prière et que le projet menace leur source d'eau.

Des membres d'autres tribus à travers les Etats-Unis se sont joints à leur combat et sont rassemblés depuis des mois dans un camp de fortune installé près de la réserve.

Jill Stein a posté sur Twitter une photographie d'elle, souriante, en train de taguer l'avant d'un bulldozer à l'aide d'une bombe de peinture rouge. «J'espère que le Dakota du Nord va poursuivre les vrais vandales qui détruisent au bulldozer des sites sacrés d'inhumation», a-t-elle écrit.

Le pipeline, «c'est du vandalisme sous stéroïdes», avait-elle lancé plus tôt sur le réseau social, avec le même cliché.

Un juge fédéral doit se prononcer d'ici le 9 septembre sur une éventuelle suspension temporaire des travaux. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion