Enquête demandée à l'ONU: Usage excessif de la force contre les «gilets jaunes»?

Actualisé

Enquête demandée à l'ONUUsage excessif de la force contre les «gilets jaunes»?

L'ONU est inquiète de la répression des protestations par les forces de l'ordre, du Venezuela au Zimbabwe en passant par la France.

Le Premier ministre français: «En France, on a un Etat de droit.»

Le Premier ministre français: «En France, on a un Etat de droit.»

AFP

La Haute commissaire aux droits de l'homme a appelé mercredi à Genève à des investigations sur un possible usage excessif de la force contre les gilets jaunes.

Michelle Bachelet a lancé cette demande quelques semaines après la venue à Genève de quelques centaines d'entre eux. Une délégation avait été reçue au Haut-Commissariat.

«Continuer le dialogue»

Dans son discours devant le Conseil des droits de l'homme, Mme Bachelet n'est pas allée jusqu'à demander un dispositif international, mais elle souhaite que des investigations soient menées sur toutes les accusations de recours excessif à la force. «Nous encourageons le gouvernement à continuer le dialogue, y compris un suivi du débat national en cours», a-t-elle ajouté.

Outre la France, de nombreux autres pays ont été confrontés ces derniers mois à des manifestations contre les inégalités ou les conditions économiques plus largement.

Militants harcelés

La Haute commissaire cible notamment le recours excessif à la force et aux munitions létales, les détentions arbitraires et la torture au Soudan. Et de souhaiter des réformes contre la corruption et un dialogue avec la société civile. Elle salue les récentes discussions lancées aussi bien au Zimbabwe, mais dénonce le harcèlement contre les défenseurs des droits de l'homme.

Mme Bachelet doit s'exprimer le 20 mars sur le Venezuela. Mais elle a déjà dénoncé les effets des violations des libertés fondamentales sur la situation économique des Vénézuéliens, mais aussi les conséquences des sanctions américaines.

Après s'en est prise à plusieurs reprises aux abus contre les manifestants au Nicaragua, Mme Bachelet veut que des «étapes concrètes» soient décidées, après la reprise récente du dialogue entre différentes parties dans ce pays. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion