France : Usage «raisonnable» de l’avion voulu par le patron des aéroports parisiens

Publié

France Usage «raisonnable» de l’avion voulu par le patron des aéroports parisiens

Le patron du groupe Aéroports de Paris estime qu’il faudra prendre l’avion de manière raisonnable, durant les 20 à 30 prochaines années, jusqu’à la transition vers des technologies vertes.

Le patron d’ADP juge que, «sur le long terme, c’est le transport aérien qui sera le système le moins émetteur de CO2.»

Le patron d’ADP juge que, «sur le long terme, c’est le transport aérien qui sera le système le moins émetteur de CO2.»

FEM

«Il faudra inviter les gens à être plus raisonnables dans le voyage aérien» tant que le transport aérien n’aura pas été au bout de son processus de décarbonation, a prévenu le patron du groupe Aéroports de Paris (ADP) Augustin de Romanet. «Je pense qu’il faut être aussi raisonnable que possible dans ses comportements pour la période de transition qui va durer 20 ou 30 ans», a-t-il assuré lundi soir, lors d’un entretien sur la chaîne BFM Business.

Électricité, hydrogène ou carburants durables 

D’après lui, «avant que nous ayons – ce qui sera le cas dans 30 ans – des avions propulsés soit à l’électricité, soit à l’hydrogène, soit avec des carburants durables faits à partir d’électricité verte», il faudra faire preuve de modération pour ce qui est du recours à l’avion. «Si demain matin, le trafic aérien devait décroître, ce n’est pas une tragédie existentielle pour nous», a-t-il assuré, en précisant que la fourniture d’un accueil de qualité était la priorité d’un groupe comme ADP.

Confiance sur le long terme 

Pour autant, il ne faut pas oublier que «sur le long terme, c’est le transport aérien qui sera le système le moins émetteur de CO2», a affirmé Augustin de Romanet. Selon son raisonnement, «l’infrastructure de l’avion, c’est l’air» et si «vous analysez la quantité de CO2 émise pour faire des voies de chemin de fer, du ballast, etc., vous savez que sur le long terme, le transport aérien est extrêmement vertueux», a-t-il insisté, dans une comparaison avec le secteur ferroviaire.

Il dit anticiper «une continuation de l’extraordinaire demande de voyage dans les pays émergents», qui va encore être «très forte», mais «pour les pays qui ont déjà profité de la croissance très forte du trafic aérien, les pays «privilégiés» comme le nôtre, il n’est pas déraisonnable d’accepter une certaine modération.»

Prises de conscience 

Face à la demande croissante de limitation du trafic aérien pour lutter contre le réchauffement climatique, le patron d’ADP ne se mettra «jamais en travers de ceux qui veulent avoir des comportements plus responsables», a-t-il dit. Il a également souligné la prise de conscience qui a frappé l’industrie depuis 2019 avec désormais «des compagnies aériennes qui réclament à cor et à cri aux énergéticiens de la production de carburant aérodurable, ainsi que des méthodes pour faire de l’écopilotage».

Ne ratez plus aucune info

Pour rester informé(e) sur vos thématiques préférées et ne rien manquer de l’actualité, inscrivez-vous à notre newsletter et recevez chaque jour, directement dans votre boite mail, l'essentiel des infos de la journée.

(AFP)

Ton opinion

3 commentaires