Actualisé 21.08.2008 à 21:27

FairplayUsain Bolt trop arrogant?

Le président du Comité international olympique, Jacques Rogge, a critiqué jeudi le sprinter jamaïcain Usain Bolt qui, selon lui, ne respecte pas assez ses adversaires.

Bolt a réussi le doublé 100m-200m aux Jeux de Pékin tout en s'emparant des records du monde sur ces deux distances.»

«Ce n'est pas l'idée que l'on se fait d'un champion», a déclaré Rogge, qui a lui-même participé à trois Jeux d'été dans les épreuves de voile en 1968, 1972 et 1976.

Le président du CIO a salué les performances exceptionnelles de Bolt, le comparant à l'Américain Jesse Owens, mais trouve qu'il aurait dû adopter une attitude plus humble après les courses et remercier les autres athlètes.

«Ça ne me gêne pas qu'il fasse le show» a déclaré Rogge au cours d'un entretien avec trois représentants des agences de presse internationales. «Je pense qu'il devrait respecter davantage ses adversaires et serrer des mains, donner une tape sur l'épaule des autres immédiatement après l'arrivée et ne pas faire les gestes qu'il a fait pendant le 100 mètres».

Après s'être bâti une avance considérable sur la ligne droite, Bolt avait jeté un coup d'oeil derrière lui, ouvert grand les bras et s'était frappé la poitrine avant de franchir la ligne d'arrivée dans le temps record de 9.69 secondes.

«Je comprends sa joie», a dit Rogge. «Il a peut-être interprété ça d'une autre façon, mais pour moi c'était 'Attrape moi si tu peux'. Ça ne se fait pas. Mais il apprendra. C'est encore un jeune homme.»

Bolt, qui a fêté ses 22 ans jeudi, a signé une autre performance retentissante à Pékin en gagnant le 200 mètres tout en battant le record du monde de Michael Johnson, qui datait de 1996. Bolt l'a amélioré de deux centièmes de seconde en 19.30 secondes.

Après sa victoire, la nouvelle étoile du sprint n'a pas vraiment salué ses adversaires, il s'est drapé dans les couleurs jamaïcaines et s'est lancé dans un tour d'honneur en solo. Alors que les haut-parleurs du stade diffusaient de la musique reggae, Bolt a esquissé quelques pas de danse, a marché pieds nus sur la piste et s'est arrêté devant une caméra de télévision: «Je suis le No1! Je suis le No1!», s'est-il alors exclamé, l'index pointé vers lui.

«Il doit encore mûrir», a ajouté Rogge. «J'adorerais qu'il montre plus de respect pour ses adversaires. Ce n'est pas l'idée que l'on se fait d'un champion. Il devrait serrer la main de ses adversaires et pas les ignorer. Il apprendra ça tôt ou tard. Mais bien entendu, c'est un grand athlète.»

Le sprinter au physique délié a signé le premier doublé 100m-200m depuis celui de Carl Lewis aux Jeux de Los Angeles en 1984. Et il est le seul à l'avoir réussi tout en battant le record du monde sur les deux courses. Owens avait réussi le doublé 100-200 aux Jeux de Berlin en 1936 et avait aussi remporté le concours du saut en longueur et le relais.

«Bolt est dans une autre dimension en sprint», a commenté Rogge. «Bolt doit maintenant être considéré de la même façon que Jesse Owens l'était dans les années 30. Bolt a une plus grande avance qu'Owens sur ses rivaux. Bien sûr, Owens avait aussi la longueur, donc on ne peut pas comparer. S'il maintient ça à l'avenir, Bolt sera probablement quelqu'un qui laissera une marque commme Jesse Owens». (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!