Actualisé 19.01.2010 à 20:55

Écublens (VD)

Usine à l'abandon cible d'un groupe de squatters

Le collectif Tesla occupe depuis samedi une fabrique désaffectée. Le propriétaire a porté plainte.

de
Côme Gallet

Les douze squatters ne devraient pas profiter de leur nouvelle demeure bien longtemps. Depuis le week-end dernier, ils occupent une ancienne fabrique de l'entreprise Ramella, dans la banlieue lausannoise. Un appel à la mobilisation pour un chantier collectif, les 23 et 24 janvier prochains, circule même sur le Net. Mais les alternatifs n'ont, semble-t-il, pas choisi la bonne cible.

Trois jours après le début de cette occupation illégale, le propriétaire du bâtiment a déposé une plainte. L'homme avait en effet déjà mandaté la société Losinger pour démolir l'édifice et ériger des logements. «Nous avons obtenu le permis de construire, et les travaux devaient commencer ces prochains jours», confirme Alex Segovia, porte-parole de Losinger. A la différence de la France, il n'existe aucune trêve hivernale en Suisse. Les squatters peuvent donc être expulsés à tout moment.

«Nous suivons attentivement l'évolution des choses», explique Michel Farine, municipal chargé de la Police à Ecublens, qui reconnaît que le bâtiment est à l'abandon depuis quelques années. «Nous agirons en douceur: ils sont barricadés, mais il faudra bien qu'ils sortent à un moment donné. Et ils pourraient avoir du mal à rentrer», glisse-t-il. La police de l'Ouest lausannois s'est rendue sur place dès samedi pour vérifier la sécurité des squatters et les identifier. Elle attend «une décision judiciaire pour procéder à l'expulsion», selon le commandant Christian Féchaud.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!