Verts libéraux: Utiliser la crise pour une réforme des finances écologique
Actualisé

Verts libérauxUtiliser la crise pour une réforme des finances écologique

Sous le slogan «la crise comme une chance», les Verts libéraux suisses, réunis en assemblée des délégués, ont adopté une résolution samedi à Lucerne.

Ils demandent un changement de la politique énergétique et une réforme des finances écologique.

Les Verts libéraux demandent de frapper l'énergie nucléaire d'une prime de risques. On pourrait consacrer l'argent ainsi dégagé à la recherche dans le domaine des énergies renouvelables.

Il faut également simplifier les procédures en cas d'assainissement énergétique des bâtiments, selon les Verts libéraux. Autres exigences: la mise en place rapide d'une taxe CO2 qui frapperait les carburants et les combustibles et un aménagement du territoire qui mette fin au mitage.

Le système fiscal doit aussi être repensé de façon à frapper le gaspillage des ressources plutôt que l'augmentation de la productivité. Enfin, les Verts libéraux exigent que l'on encourage davantage l'innovation et la recherche sur le plan fiscal.

Parc de l'innovation

La Suisse a besoin d'un parc de l'innovation où le monde de la recherche travaille main dans la main avec des entreprises. Ces dernières doivent pouvoir emprunter de l'argent à de meilleures conditions lorsqu'elles veulent innover.

Les Verts libéraux ont aussi adopté un papier de position qui appelle à l'avénement d'une politique énergétique «si possible indépendante du pétrole, du gaz et de l'uranium».

Les Verts libéraux ont fondé leur parti en 2007 au plan national. Ils comptent onze sections cantonales, plus de 80 sections communales et environ 2000 membres. Ils disposent de quatre sièges sous la Coupole fédérale.

(ats)

Ton opinion