Vaccin: les femmes sont plus altruistes que les hommes
Publié

Grand sondage «20 minutes»Vaccin: les femmes sont plus altruistes que les hommes

Les hommes sont plus nombreux à dire s’être fait vacciner pour obtenir le certificat Covid, tandis que les femmes répondent plus volontiers l’avoir fait pour contribuer à une sortie de crise.

par
Yannick Weber
Les motivations sont un peu différentes en fonction du genre des répondants au sondage.

Les motivations sont un peu différentes en fonction du genre des répondants au sondage.

gabrielrancourt

Le sondage «20 minutes» sur la vaccination vous a parlé: 34’595 lecteurs y ont répondu. L’enquête voulait déceler les attitudes des Suisses face au vaccin et les motivations pour le faire ou le refuser. Parmi les résultats notables: des différences entre les hommes et les femmes. La première motivation des sondés masculins pour se faire piquer (51%) était «parce que j’avais besoin du certificat Covid». Seules 23% des sondées féminines ont donné cette raison.

Le «moi, je» masculin

Les femmes ont, en revanche, mis en avant des arguments solidaires avec, en premier lieu, «je voulais contribuer à sortir de la crise». Elles sont aussi trois fois plus nombreuses que les hommes à avoir répondu «pour minimiser le risque de contaminer les autres», alors que les hommes ont plus souvent répondu «pour éviter des restrictions qui s’imposeraient à moi».

Concernant ceux qui refusent le vaccin, les raisons qui ont poussé au refus oscillent entre la révolte et la peur. Premier argument avancé, choisi par 71% des sondés: «Je ne veux pas me faire imposer un vaccin par l’État». Juste derrière, 63% de ceux qui ont refusé le vaccin disent craindre les effets secondaires à long terme. «Je ne fais pas confiance en la technologie ARN» et «Je n’ai pas besoin du vaccin car j’ai un bon système immunitaire» complètent le quatuor d’arguments de tête.

ADN vs ARN

Le sondage s’est aussi penché sur les opinions ou croyances de la population et sur leur confiance envers les médias. Il est à noter qu’un tiers de ceux qui ont répondu au sondage disent être «d’accord» ou «plutôt d’accord» avec l’affirmation selon laquelle le Covid long est «moins grave» que les effets à long terme du vaccin.

Quant à l’idée que les vaccins modifieraient l’ADN, elle n’est que peu répandue, mais tout de même acceptée par 15% des sondés (27% de ceux qui disent voter UDC).

Vis-à-vis des médias, la population se montre polarisée. 48% estiment qu’ils donnent trop d’importance à ceux qu’ils voient comme une minorité critique des mesures sanitaires. À l’inverse, 29% estiment que les voix qui remettent en question les discours officiels ne sont pas assez représentées dans les médias.

Ton opinion

155 commentaires