Covid-19 - Vaccination et prostitution font bon ménage 
Publié

Covid-19Vaccination et prostitution font bon ménage

Avec la vaccination, les clients semblent plus enclins à retourner dans les salons de massage, même si le niveau d’avant la pandémie n’est pas atteint.

par
Perrine Millet
La mention du passeport vaccinal est mise en avant sur la plateforme BeMyGirl, afin que les clients puissent orienter leur choix.

La mention du passeport vaccinal est mise en avant sur la plateforme BeMyGirl, afin que les clients puissent orienter leur choix.

bemygirl.ch

La vaccination permet-elle un regain d’activité dans les lieux de prostitution? Pour le salon de massage Centre Relax à Bulle, qui se targue d’être le plus grand dans le canton de Fribourg, une baisse de la clientèle a bel et bien été observée depuis la réouverture des lieux de prostitution en décembre 2020 dans le canton, après une fermeture en novembre: les rapports physiques étant inévitables, les clients évitent simplement de prendre des risques.

Mais, depuis le mois de mai, l’activité reprend, du fait de la vaccination. Ce salon de massage n’oblige pas ses travailleuses du sexe à se faire vacciner. Aucune des sept filles qui y travaillent ne l’est, explique d’ailleurs Loïc Duc, le tenancier. Ce qui n’exclut pas les contrôles sanitaires: les escorts se font tester régulièrement et les chambres sont désinfectées et aérées après chaque client. «Personne n’a jamais appelé pour savoir si les filles sont vaccinées. Par contre, je dirais que 30% des clients demandent quelles mesures sanitaires sont mises en place», explique encore le gérant.

Pas assez de recul

Pour le directeur de Venusia, le plus grand salon de massage à Genève, il est encore trop tôt pour dire que la vaccination a eu un effet. Depuis la réouverture sans limitation d’horaire des lieux de prostitution dans le canton, une baisse de fréquentation d’environ 20% a été observée par rapport à 2019, soit avant la pandémie. Du 21 janvier, date de réouverture, au 1er mars 2021, une baisse de fréquentation de 70% a été enregistrée, mais les horaires d’ouverture étaient alors fortement réduits – de 09h00 à 19h00. L’association Fleur de Pavé, qui vient en aide aux travailleurs et travailleuses du sexe dans le canton de Vaud, estime que même si les voyants sont au vert pour certains salons de massage à Lausanne, la reprise n’est pas là, en tout cas pas dans les proportions d’avant la pandémie.

La vaccination commence pourtant à être utilisée comme un outil de sélection des clients. BeMyGirl, start-up genevoise qui recense des escorts indépendantes de Genève à Zurich, a ainsi ajouté un logo «Certificat Covid» indiquant les travailleuses du sexe qui sont vaccinées. Cette mention est un argument sécurisant, confirme le communiqué de la plateforme. Depuis l’arrivée du vaccin, leur site connaît une augmentation de plus de 40% des demandes de non-professionnelles qui souhaitent commencer une activité d’escort indépendante et le nombre de visiteurs sur le site progresse lui aussi de plus de 25% depuis que les gens peuvent se faire vacciner. En juin 2021, Google analytics a même enregistré un record de visites avec une journée atteignant 9000 visiteurs uniques.

Ton opinion