Vaccins périmés: conséquence d’une stratégie de «sécurité maximale»

Publié

CoronavirusVaccins périmés: conséquence d’une stratégie de «sécurité maximale»

620’500 doses de vaccins contre le coronavirus sont périmées en Suisse. La raison en est la stratégie de sécurité d’approvisionnement maximale mise en place par la Confédération.

La Suisse dispose encore de suffisamment de vaccins.

La Suisse dispose encore de suffisamment de vaccins.

AFP

Au mois de mai dernier, on apprenait que plus de 620’000 doses de vaccins contre le coronavirus allaient probablement devoir être détruites en Suisse car leur date d’expiration approchait. La raison en est la stratégie de sécurité d’approvisionnement maximale mise en place par la Confédération, révèle ce dimanche la «SonntagsZeitung».

«Actuellement, 200’000 doses dans les cantons et 420’500 doses de la Base logistique de l’armée ont atteint leur date d’expiration», confirme Simone Buchmann, porte-parole de l’Office fédéral de la santé publique (OFSP). «Les doses de vaccins qui ont atteint leur date d’expiration sont bloquées dans le système», poursuit-elle avant de préciser qu’aucun de ces vaccins n’a encore été détruit. Il n’est pas exclu qu’ils le soient car ils ne peuvent plus être utilisés.

Depuis le début de la pandémie, la Confédération a opté pour une stratégie visant à se protéger par différentes technologies de vaccination et par plusieurs entreprises de fabrication, rappelle le journal alémanique. L’objectif était de toujours avoir une quantité suffisante des vaccins les plus efficaces pour protéger la population. «Il résulte de cette stratégie un surapprovisionnement au profit d’une sécurité maximale», conclut Mme Buchmann.

Reprise des vaccinations

La «SonntagsZeitung» précise qu’avec la nouvelle augmentation des cas de coronavirus ces dernières semaines, le nombre de vaccination est reparti à la hausse. D’après l’OFSP, 32’900 doses de vaccins ont été administrées la semaine dernière. La Confédération et les cantons disposent encore d’un stock de 6,9 millions de vaccins. La majorité d’entre eux sont des vaccins à ARNm de Pfizer/Biontech (4 millions) et de Moderna (2,5 millions), précise le journal alémanique.

(aze)

Ton opinion

114 commentaires