Cannes 2018: Vanessa Paradis, productrice de porno gay
Actualisé

Cannes 2018Vanessa Paradis, productrice de porno gay

Thriller baroque et érotique, «Un couteau dans le coeur» a été présenté jeudi soir. Les premières critiques le dézinguent.

par
mag
1 / 87
19 mai 2018: Toute l'équipe de «L'homme qui tua Don Quichotte», présenté en clôture du Festival.

19 mai 2018: Toute l'équipe de «L'homme qui tua Don Quichotte», présenté en clôture du Festival.

kein Anbieter
19 mai 2018: Trop content d'enfin présenter son film, Terry Gilliam danse pour célébrer «L'homme qui tua Don Quichotte»

19 mai 2018: Trop content d'enfin présenter son film, Terry Gilliam danse pour célébrer «L'homme qui tua Don Quichotte»

kein Anbieter
19 mai 2018: Le jury une dernière fois au complet: Denis Villeneuve, Cate Blanchett, Lea Seydoux, Ava DuVernay, Kristen Stewart,  Khadja Nin et Andrey Zvyagintsev

19 mai 2018: Le jury une dernière fois au complet: Denis Villeneuve, Cate Blanchett, Lea Seydoux, Ava DuVernay, Kristen Stewart, Khadja Nin et Andrey Zvyagintsev

kein Anbieter

C'est son premier Festival de Cannes. Vanessa Paradis a monté les marches jeudi soir pour présenter «Un couteau dans le coeur», de Yann Gonzalez. Le film se déroule à la fin des années 1970. Anne (Vanessa Paradis), productrice de pornos gays, elle-même homosexuelle, est une femme blessée après avoir été quittée par sa monteuse et compagne Loïs (Kate Moran). Alors qu'elle enchaîne les tournages et s'apprête à entamer celui d'un film plus ambitieux, l'un de ses acteurs est mystérieusement assassiné, point de départ d'une série de meurtres par un tueur au masque noir. Elle mène alors l'enquête, dans un climat de peur mêlé à l'érotisme.

Femme de pouvoir alcoolique, désespérée, violente... «J'ai été surprise que Yann me propose ce rôle, a avoué Vanessa Paradis en conférence de presse vendredi. C'est un rôle de rêve, de jouer un personnage aussi riche et intense, c'est un sublime cadeau. J'ai immédiatement accepté. Ça faisait un moment qu'on ne pensait pas à moi au cinéma et je trouve qu'il a eu du courage». «Je trouve que dans certaines séries Z, il y a parfois plus de beauté que dans certains grands classiques adoubés par tout le monde», a pour sa part souligné le réalisateur.

Thriller baroque, onirique et érotique ayant pour but de rendre hommage à un cinéma de genre des années 1970, «Un couteau dans le coeur» est loin d'avoir fait l'unanimité: «Grand moment d'embarras», «gênant», «kitsch», «un mauvais clip de Mylène Farmer», «la compétition tient son nanar» et on en passe... de nombreux internautes se sont lâchés et ont dézingué le film de Yann Gonzalez (voir ci-dessous). Quant à nous, on attend la sortie romande pour juger...

Ton opinion