Etats-Unis: Vaste réforme fiscale à la Maison-Blanche
Actualisé

Etats-UnisVaste réforme fiscale à la Maison-Blanche

La toute nouvelle réforme fiscale de l'administration Trump prévoit une baisse du taux d'imposition pour les entreprises et les ménages.

1 / 150
Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

Donald Trump s'est attaqué l'une des initiatives les plus emblématiques de son prédécesseur Barack Obama: le rapprochement avec Cuba, entamé fin 2014. Il annonce annuler cet accord «avec effet immédiat» qui consacrait le rapprochement diplomatique des deux pays après plus de 50 ans de gel diplomatique. Il promet «un meilleur accord pour les Cubains». (Vendredi 16 juin 2017)

AFP
L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

L'administration Trump a publié sa feuille de route pour diminuer la règlementation bancaire en recommandant notamment un allègement des tests de résistance des grandes banques, selon un rapport publié par le Trésor. (Lundi 12 juin 2017)

AFP
Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI  de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

Donald Trump continue sa guerre contre James Comey, accusant l'ex-chef du FBI de lâcheté pour avoir fait fuiter à la presse des notes compromettantes sur leurs rencontres privées, (Dimanche 11 juin 2017)

AFP

A trois jours de fêter ses 100 jours au pouvoir, samedi, l'administration Trump a proposé une baisse historique des impôts, notamment pour les entreprises, mais cette réforme présentée comme «auto-financée» devra encore passer l'obstacle du Congrès.

«C'est un plan extra», a assuré Donald Trump à la Maison Blanche mercredi, «cela va remettre les gens au travail».

Concrètement, le secrétaire au Trésor Steven Mnuchin et le conseiller économique Gary Cohn ont présenté à la presse non pas un plan détaillé, mais une seule page, avec trois grands principes: - une baisse de l'impôt sur les sociétés de 35% à 15%; - une réduction de 7 à 3 du nombre de tranches de l'impôt sur le revenu des particuliers, de 10% à 35%, contre 39,6% au maximum maintenant; - et une suppression de presque toutes les possibilités de déductions fiscales, dans le but d'une simplification extrême, afin que les ménages puissent faire leur déclaration sur une seule page.

«Rendre l'impôt sur les sociétés plus compétitif, rapatrier des milliers de milliards de dollars afin de créer des emplois, simplifier l'impôt sur le revenu, réduire les impôts. Ces principes de base ne sont pas négociables», a déclaré Steven Mnuchin. «Nous voulons stimuler la croissance économique», a déclaré Gary Cohn.

Retour aux années Reagan

L'objectif est de faire adopter la réforme en 2017. «Nous allons aussi vite que possible», a dit le secrétaire au Trésor. Selon Gary Cohn, ce sera la plus grande réforme fiscale depuis Ronald Reagan en 1986, et «l'une des plus grandes baisses d'impôts de l'histoire américaine».

Donald Trump, qui a pris ses fonctions en janvier, avait promis pendant sa campagne de remettre à plat le complexe code des impôts, dont il a lui-même été accusé de profiter à l'extrême pour alléger sa facture fiscale de promoteur immobilier pendant des décennies.

Le président américain lance ainsi un nouveau chapitre de son mandat, alors que la Maison Blanche vante déjà le bilan des 100 premiers jours (Syrie, réduction des arrivées de clandestins, Cour suprême, déréglementation...), bilan amaigri cependant par les échecs de ses décrets migratoires et de l'abrogation de la loi sur la santé «Obamacare».

Passage par le Congrès

Mais cette proposition de réforme fiscale de la Maison Blanche reste bien à ce stade... une proposition. Elle passera en effet à la moulinette du Congrès, contrôlé par des républicains qui ne sont pas forcément sur la même longueur d'onde que l'exécutif, notamment sur la rigueur budgétaire.

Leurs chefs, dans un communiqué, ont d'ailleurs qualifié le plan Trump de «guide précieux», et non de base de négociation. Ils ont ainsi choisi de mettre en valeur les points d'accord (baisse du niveau d'imposition, simplification, incitation au rapatriement des liquidités des entreprises à l'étranger...), sans approuver aucun point spécifique. Ils avaient d'ailleurs élaboré depuis des mois leur propre plan, que Donald Trump n'a finalement pas repris.

Beaucoup d'élus veulent en fait éviter une explosion des déficits et se méfient d'une baisse générale des impôts non compensée. Depuis les dérives des années Bush et les dépenses du début des années Obama, les républicains se sont en effet posés en garants de l'équilibre budgétaire.

«Les copains milliardaires»

Steven Mnuchin a tenté de les rassurer par avance en affirmant mercredi que le plan Trump «s'auto-financerait», c'est-à-dire qu'il créera de la croissance, qui en retour créera plus de contribuables et générera suffisamment de nouvelles recettes fiscales pour compenser le manque à gagner de la baisse d'impôt.

Un raisonnement popularisé dans les années 1980 mais contesté par de nombreux économistes, de droite comme de gauche. «Il n'y a jamais eu une seule analyse crédible (...) pour suggérer que les réductions d'impôts vont se financer elles-mêmes», a ainsi plaidé auprès de l'AFP le républicain Douglas Holtz-Eakin, président du centre d'études économiques American Action Forum.

De son côté, l'opposition démocrate a dénoncé un plan qui profiterait d'abord aux plus riches, y compris à la famille Trump. «Il sabrerait les impôts pour lui-même et ses copains milliardaires, tout en augmentant le déficit sans rien faire pour la classe moyenne», a déclaré le sénateur Bernie Sanders.

Le secrétaire au Trésor a aussi profité de l'occasion pour réaffirmer que le magnat de l'immobilier devenu président n'avait, contrairement à ses prédécesseurs, «pas l'intention» de rendre publique ses déclarations d'impôts, objet d'intenses spéculations tant les contours de sa fortune restent entourés d'un épais mystère. «Le président a publié beaucoup d'informations», a-t-il affirmé, sans préciser ce à quoi il faisait référence. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion