Intégration des étrangers: Vaud fixe ses priorités
Actualisé

Intégration des étrangersVaud fixe ses priorités

Pour éviter tout communautarisme, le canton de Vaud fait de l'intégration des étrangers une priorité de sa législature.

Il mise sur des mesures concrètes, a expliqué vendredi Philippe Leuba. Les moyens à disposition restent cependant limités.

Devant la presse, le conseiller d'Etat a parlé d'«un double devoir». Les étrangers doivent montrer leur volonté de s'intégrer dans le canton et la société vaudoise a pour tâche d'accueillir ces personnes.

Il faut éviter l'apparition de ghettos, de problèmes sociaux et les risques de montée d'intégrisme. Réussir l'intégration des quelque 192 000 étrangers (environ 29 % de la population) que comptait le canton à fin 2007, c'est s'efforcer de donner des chances égales à chacun via toute une série de programmes d'aide.

Apprendre le français

Qu'il s'agisse de cours de langue française, d'accès au marché du travail, de reconnaissance des diplômes, d'informations générales aux nouveaux venus, le conseiller d'Etat a souligné la volonté de répondre «au plus près des besoins des gens». A ses côtés, Magaly Hanselmann, «Madame intégration», a parlé de «projets participatifs».

Améliorer la situation dans les quartiers à forte proportion d'étrangers en collaborant avec les résidents, associer les parents aux questions scolaires de leurs enfants, faire «sortir de la maison» les femmes avec des enfants en bas âge: le catalogue des actions entreprises est vaste.

Mince enveloppe

Pour le mettre en oeuvre, la Confédération octroie 2,4 millions de francs et Vaud 700 000, montants auquels il faut ajouter la participation des communes. Interrogé sur la minceur de l'enveloppe cantonale, Philippe Leuba a rétorqué que ces chiffres ne reflétaient qu'une partie des efforts vaudois, des tâches de scolarisation n'apparaissant par exemple pas sur ce budget.

Avec 700 000 francs, le montant a déjà doublé par rapport à 2008, selon le ministre. D'un 1,4 équivalent temps plein (ETP), le bureau cantonal de l'intégration arrivera à 5,1 ETP en 2010. Près de 175 nationalités sont présentes dans le canton.

(ats)

Ton opinion