Actualisé 01.04.2008 à 14:53

Vaud: il y a dix ans, la carrière de gendarme s'ouvrait aux femmes

Il y a dix ans, l'entrée des femmes dans la gendarmerie vaudoise marquait la fin d'un bastion masculin.

La conseillère d'Etat Jacqueline de Quattro a célébré cet anniversaire mardi à Morges, en compagnie notamment de la cheffe de la police genevoise Monica Bonfanti.

La police doit cette petite révolution au popiste Josef Zisyadis, lorsqu'il était chef du Département de justice, police et affaires militaires. Celui-ci avait décrété en 1997 que la gendarmerie devait ouvrir ses portes aux aspirantes féminines, indique la police cantonale dans un communiqué.

«Loin de dénaturer la figure du gendarme», précise le texte, l'arrivée des femmes «au sein d'une institution héritière des traditions militaires vaudoises» a été synonyme «à la fois d'évolution, d'adaptation et de transformation d'un métier et d'un univers tout entier».

Aujourd'hui, la police cantonale compte 44 femmes dans ses rangs. Lors des tests en vue de la campagne de recrutement 2008, le 8 mars dernier, 74 candidatures féminines ont été enregistrées sur 195 inscriptions.

Une autre institution héritière des traditions militaires du canton, les Milices vaudoises, n'a en revanche pas suivi cette évolution. Ses portes sont toujours fermées aux femmes.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!