Covid: Vaud ne veut pas aider les cliniques privées
Publié

CovidVaud ne veut pas aider les cliniques privées

Les cliniques privées ont réduit drastiquement leur activité au début de la crise du coronavirus. Le Canton de Vaud refuse de prendre en charge le manque à gagner.

Le Canton de Vaud n’aide pas les cliniques privées vaudoises à combler le manque à gagner dû à la pandémie.

Le Canton de Vaud n’aide pas les cliniques privées vaudoises à combler le manque à gagner dû à la pandémie.

AFP

Au plus fort de la première vague de coronavirus, les opérations non urgentes ont été déprogrammées. Les hôpitaux publics et les cliniques privées ont fait front ensemble face à la crise sanitaire. Pour les cliniques privées, cela a engendré un important manque à gagner. Dans plusieurs cantons, un accord a été trouvé et les pouvoirs publics vont mettre la main au porte-monnaie, relate «Le Temps» jeudi.

Recours pour les Vaudois

Mais dans le canton de Vaud, les autorités n’entrent pas en matière. «Les cliniques privées ont pu bénéficier des RHT, contrairement aux autres hôpitaux. De plus, les deux principaux groupes de cliniques ont connu un excellent résultat financier en 2020 et l’État n’a pas à financer des bénéfices supplémentaires à des actionnaires privés par l’argent du contribuable», selon la ministre de la Santé, Rebecca Ruiz. «Le Canton n’assume aucune responsabilité s’agissant des conséquences d’une décision du Conseil fédéral», a-t-elle répondu à une interpellation d’un élu PLR. Et d’ajouter: «Les cliniques n’ont pas été réquisitionnées, mais elles ont pu mettre leur personnel et leurs infrastructures à disposition, contre rémunération.»

Pourtant le canton avait débloqué 126 millions pour les hôpitaux subventionnés et le CHUV. Du coup, Vaud Clinique a fait recours auprès de la Cour constitutionnelle. «Les dispositions fédérales et cantonales relatives aux mesures de lutte contre le Covid-19 ne font pas de distinction entre hôpitaux et cliniques privées», réplique Pierre-Frédéric Guex, président de Vaud Clinique. Le jugement devrait être rendu cet été.

(ahr)

Ton opinion