Vaccination - Vaud tente de «faire tomber toutes les barrières pour les jeunes»
Publié

VaccinationVaud tente de «faire tomber toutes les barrières pour les jeunes»

Lundi, le centre de vaccination de Beaulieu a accueilli sans rendez-vous les élèves des écoles professionnelles et les gymnasiens lausannois. Le Canton leur a offert le transport et deux heures de congé.

par
Lauren von Beust

Le centre de vaccination de Beaulieu, à Lausanne, a ouvert spécialement ce lundi pour les élèves des écoles professionnelles à pleins temps et les gymnasiens lausannois. «Comme les tests antigéniques vont devenir payants à partir d’octobre, j’ai opté pour la vaccination», explique Bryan, 18 ans. Eviter de payer le dépistage si l’on n’a pas de symptômes, c’est aussi ce qui a poussé Esmeralda, 19 ans, à faire le pas. À la base contre le vaccin, elle craignait de ne plus pouvoir vivre normalement sans certificat Covid. «L’école nous payait le transport pour venir ici, donc j’ai profité de faire ça aujourd’hui», ajoute l’étudiante.

«On essaie de faire tomber toutes les barrières pour les jeunes qui souhaitent se faire vacciner», déclare Julien Schekter, porte-parole du Département de la formation, de la jeunesse et de la culture. L’opération visait 8300 jeunes de 15 à 25 ans environ. Venus en petit groupe ou en solo, ils étaient 40 à avoir reçu leur première dose, vers midi, dont quelques-uns qui ne correspondaient pas à cette tranche d’âge. Le centre lausannois peut accueillir quotidiennement 750 personnes. Une autre journée de vaccination sans rendez-vous est prévue lundi prochain.

Pas là pour profiter des congés offerts

Ils ne sont que peu à avoir séché les cours, peu à avoir profité des deux heures de congé accordées par le Canton pour recevoir leur piqûre. «J’ai de toute façon congé avant midi le lundi», confie Igor. Ayant des «cours importants» en début de semaine, cet étudiant de l’ETML n’a pas voulu les manquer et il est venu à Beaulieu sur son temps libre. «J’ai peur des piqûres, et puis j’attendais de voir les effets secondaires sur les autres avant de me lancer», glisse à son tour Audrey, élève au Gymnase de Beaulieu, qui a pu s’appuyer sur l’expérience de ses camarades, la plupart d’entre eux ayant déjà reçu leurs doses.

Des récompenses aux vaccinés

À l'école de commerce KV de Zurich, les étudiants qui se font vacciner peuvent par exemple gagner un iPhone 12 ou encore des bons d'achat d'une valeur de 1600 francs. L'établissement zurichois dit ainsi vouloir contrer la lassitude à l'égard de la vaccination, qui se répand chez les jeunes. Mais l'action ne fait pas l’unanimité au sein des élèves. «Apparemment, la vaccination seule ne convainc pas, il faut séduire avec des produits de luxe. Je pense que les élèves de la filière professionnelle sont assez grands pour prendre des décisions qui concernent leur corps», a déclaré une étudiante de 17 ans à «20 Minuten».

Alors que de plus en plus de jeunes se retrouvent aux soins intensifs à cause du virus, une autre étudiante venue accompagner ses deux camarades de classe à Beaulieu ne les a en revanche pas suivi dans leur choix. «Je me vaccinerai quand j’en aurai besoin», dit-elle. Les efforts du Canton ne changeront rien pour celle qui ne voit pas encore l’urgence de la situation. Une vaccination mobile sera proposée directement dans les écoles professionnelles et les gymnases hors Lausanne d’ici au 15 octobre.

Le variant Mu est en Suisse

Selon l’OFSP, en date du 3 septembre, 34 personnes ont pour la première fois été déclarées positives au variant Mu du coronavirus, nouvelle mutation découverte en Colombie. Nommé B.1.621, ce variant est pour l’instant classé «à surveiller». Il y aurait un risque potentiel qu’il puisse résister aux vaccins, mais cela n’est pas confirmé. Interrogé par «20 Minuten», Thomas Steffen, médecin cantonal de Bâle-Ville, ne s’attend pas à une super vague en Suisse. En proportion mondiale, il reste à un faible pourcentage du nombre des contaminations, à savoir 0,1%.

Ton opinion

158 commentaires