Actualisé 04.02.2009 à 21:26

Lutry (VD)

Vaudois en course pour un job de rêve en Australie

Dennis Bandack a postulé pour être gardien d'une île paradisiaque. Sa candidature est retenue.

de
Anne-Catherine Renaud

Gardien d'une île sur la barrière de corail pour 120 000 fr. C'est le job de rêve qu'a proposé en janvier dernier l'Office du tourisme du Queensland, en Australie. Sur 10 000 candidats, le CV multimédia du Romand Dennis Bandack, 46 ans, a été publié sur le site. Il fait ainsi partie des 2890 candidats retenus dans une 1re séléction.

– «20minutes.ch».  Vous êtes sélectionné.Comment avez-vous séduit les organisateurs?

– Dennis Bandack.  J'ai appris hier que j'étais retenu, je suis très excité. J'avais soixante secondes pour me présenter sur une vidéo. Il fallait donc être original: j'ai fait un miniscénario qui évoque l'Australie, fait un clin d'oeil aux montagnes suisses à Verbier, prouve que je suis un as de la caméra, et que j'ai un côté baroudeur.

– Vous avez de l'expérience en tant qu'aventurier?

– A 16 ans, j'ai embarqué sur un bateau comme matelot et j'ai sillonné les mers pendant six mois. Je voulais faire une carrière navale, mais aujourd'hui je suis spécialiste en communication.

– C'est un atout pour votre job sur l'île?

– Oui, vu que je dois tourner des reportages là-bas et tenir un blog.

– Pourquoi vous êtes-vous lancé?

– Parce qu'engager quelqu'un pour promouvoir une région, c'est une approche marketing géniale! Je voulais aussi prouver que les Suisses sont dynamiques et créatifs.

– Si vous êtes choisi, vous partirez seul?

– Ma femme, Australienne, et mes trois enfants viendront me rejoindre. Je serai logé dans une maison luxueuse.

– Quand saurez-vous si vous avez gagné?

– Le 2 avril, 11 finalistes seront envoyés sur l'île pour des tests, puis, le 7 mai, le vainqueur sera désigné.

Trois Romands partants

Sur les 2890 actuellement retenus, 13 candidats sont Suisses, dont trois Romands. Cristina se présente comme une mère de famille aventureuse qui a besoin de changer d’air. Le Vaudois Serment, 27 ans, est prof de gym et de sciences: «Je suis l’homme de la situation!» clame-t-il. Yann, le Neuchâtelois, affiche sa décontraction: écouteurs sur les oreilles, il croise les doigts pour être choisi.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!