Actualisé 13.07.2016 à 12:14

Dr Energy

«Vaut-il la peine d'éteindre le moteur à un feu rouge?»

L'arrêt du moteur consomme-t-il plus d'énergie qu'un moteur tournant au point mort devant les signaux lumineux? Notre expert, Dr Energy, apporte une réponse claire.

de
pam
A partir dun temps dattente de 1 à 2 secondes, il vaut la peine darrêter le moteur.

A partir dun temps dattente de 1 à 2 secondes, il vaut la peine darrêter le moteur.

photo: Keystone/Sigi Tischler

Vaut-il toujours la peine de couper le moteur de sa voiture à l'arrêt aux feux de circulation? Ou bien la seconde que dure le processus d'allumage brûle-t-elle plus d'essence que 30 secondes avec le moteur en marche au point mort? Cette question me vient à l'esprit chaque fois que je dépasse, en tant que cycliste, une file de voitures arrêtées à un feu rouge. Le fait de laisser le moteur en marche est-il réellement – et seulement – le résultat d'une incroyable paresse?

- David, de Lucerne

Cher David,

Tu n'es pas le seul cycliste à devenir nerveux quand il voit les voitures rester avec le moteur en marche au feu rouge. Ces autos sentent mauvais, consomment du carburant et polluent l'environnement.

De nombreux automobilistes objecteraient probablement que l'allumage du moteur consomme lui aussi du carburant et qu'il ne vaut donc pas la peine d'éteindre le moteur. On entend souvent les mêmes – et tout aussi fausses – «excuses» dans le cas des ampoules à basse consommation. Le TCS a effectué des mesures et a constaté ceci: à partir d'un temps d'attente de 1 à 2 secondes, il vaut la peine d'arrêter le moteur. En d'autres termes, on devrait toujours l'éteindre!

Les automobilistes ont peur de ne pas réussir à redémarrer à temps

Les usagers de la route craignent de ne pas être en mesure de redémarrer tout de suite, de devoir supporter le concert de klaxons des automobilistes qui se trouvent derrière eux et de passer pour des « empêcheurs de rouler fluide ». De nos jours, toujours plus d'automobilistes équipent leur véhicule d'un « système start et stop ». Lorsque l'on coupe le moteur et que l'on met la boîte de vitesses au point mort, le moteur s'arrête tout seul automatiquement. Puis, une légère pression sur la pédale d'embrayage et le moteur tourne de nouveau. Malheureusement, de nombreux conducteurs désactivent cette fonction parce qu'ils ont une peur énorme de ne pas redémarrer assez rapidement. Dommage. Cette crainte est sans fondement et il suffit d'un tout petit peu de pratique pour comprendre rapidement que l'on n'a pour ainsi dire aucune chance de faire faux.

Et pour les plus angoissés, voici un autre conseil: observez le trafic sur les autres routes (en face de vous, etc.) et les feux de signalisation aux passages pour piétons. De cette façon, vous pourrez déterminer quelques secondes à l'avance quand le feu passera au vert pour vous.

10% d'économies envisageables

Comment économiser 10% de carburant dans le trafic routier

Il est intéressant de se demander quelles économies peuvent être réalisées si l'on éteint le moteur au feu rouge. J'ai posé la question à l'un de mes collègues, spécialiste de la mobilité: dans le trafic urbain, les économies correspondent à environ 10%. Parce que cela ne signifie pas grand-chose sans données précises, j'ai effectué un calcul de mon côté. Vitesse de rotation de 1000 tours/mn au point mort pour une attente de 1 minute: le carburant qui est ainsi brûlé suffit pour couvrir un tronçon de 500 mètres!

Certains automobilistes feront valoir un argument a priori justifié: lorsque le moteur est arrêté, le système de climatisation ne fonctionne plus. C'est certes vrai, mais l'augmentation de la température à l'intérieur de la voiture pendant l'attente à un feu rouge est presque imperceptible.

Jules Pikali, ingénieur diplômé EPF, est expert en efficacité énergétique. Il fait profiter de ses connaissances les ménages, les communes et les entreprises. Sa société, OekoWatt, propose depuis 2001 des services de conseil en énergie. Jules Pikali se voit comme un spécialiste polyvalent qui coordonne différentes mesures d'économies d'énergie. «Les gens savent aujourd'hui déjà énormément de choses sur l'efficacité énergétique, mais on a besoin d'avoir une vue d'ensemble pour la mise en uvre de mesures adéquates», déclare Pikali.

L'Energy Challenge 2016 est une campagne nationale lancée par Suisse énergie et l'Office fédéral de l'énergie. Elle traite des sujets liés à l'efficience énergétique et aux énergies renouvelables. En tant que partenaire média, «20 minutes» se penchera sur la thématique durant six mois avec des graphiques, des reportages et des interviews.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!