Actualisé 11.09.2008 à 18:26

millésime 2008Vendanges tardives et en faible quantité dans le bordelais

Les vendanges du millésime 2008 s'annoncent tardives et moroses dans le bordelais.

Pour les blancs, quelques propriétés ont commencé cette semaine à sortir les sécateurs, mais on attend une baisse de 40 à 50% des volumes. Pour les vins rouges, les vendanges sont prévues fin septembre, début octobre, et la baisse de rendement devrait atteindre 10 à 15%, selon le président du syndicat des bordeaux et bordeaux supérieurs Bernard Farges.

Le Conseil interprofessionnel du vin de Bordeaux note que «les dates des vendanges seront très proches des dates de la décennie 80». Le CIVB compare le millésime 2008 avec celui de 1988, «un bordeaux classique». «A vingt ans d'écart, la climatologie (températures moyennes, insolation, pluviométrie), les dates de vendanges et les prévisions de rendement sont très comparables entre ces deux millésimes», remarque-t-il.

L'explication revient bien sûr à la météo, avec un démarrage tardif de la végétation fin mars, un fort épisode de gel début avril, une apparition du mildiou au mois de mai à la suite d'orages intenses et de nombreux passages pluvieux, un début de mois de juin frais et pluvio-orageux, des épisodes de grêle en juillet, un mois d'août et un début septembre maussades. Actuellement, selon le CIVB, «la maturation est lente et hétérogène».

«En 2007, nous avons été sauvés par un mois de septembre chaud et ensoleillé, je ne sais pas si nous aurons la même chance cette année. Les trois prochaines semaines seront décisives pour la qualité de la vendange en rouge», a confié Bernard Farges.

Paradoxalement, cette faible récolte en perspective peut présenter des aspects positifs pour l'économie des vins de Bordeaux. «Nous pensons que les prix des bordeaux et bordeaux supérieurs rouges vont se valoriser, alors qu'ils étaient à de bas niveaux depuis plusieurs années», analyse le viticulteur. Cela n'est cependant pas sans risques: «En 1991, il y avait eu une grosse pénurie, les prix s'étaient envolés et nous avions perdu des marchés que nous avons eu beaucoup de mal à retrouver ensuite. Il va falloir rester raisonnable», a-t-il prévenu.

En ce qui concerne les bordeaux blancs, Bernard Farges annonce une probable pénurie pour le millésime 2008.

La situation économique dans le vignoble bordelais demeure par ailleurs difficile, en dehors des grands crus. «De nombreuses entreprises sont en difficulté. Celles qui vont pouvoir faire les rendements autorisés cette année vont aller mieux. Mais celles qui ont été touchées par le gel, la grêle ou le mildiou vont avoir de grosses difficultés», s'inquiète le président des bordeaux et bordeaux supérieurs. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!