Inondations en Belgique - Un jeune sinistré raconte son calvaire
Publié

Inondations en Belgique«Venez, par pitié, les secours, chercher les vies restantes»

Coincé avec sa famille dans sa maison de Liège depuis mercredi, un jeune homme de 22 ans a raconté son calvaire sur Twitter.

«Je suis une personne qui garde son calme assez bien je pense. Mes parents ont craqué il y a un moment ainsi que mon petit frère et ma petite sœur.» C’est sur Twitter que Loïc Collette, un jeune habitant coincé chez lui à Liège, a trouvé un brin de réconfort en attendant l’arrivée des secours. D’heure en heure, le jeune homme de 22 ans raconte le calvaire qu’il vit avec quatre autres membres de sa famille et leurs quatre chiens. En raison de la crue inquiétante de la Meuse, les autorités ont demandé aux Liégeois qui le peuvent de se rendre sur les hauteurs de la ville. Loïc et sa famille, eux, attendent depuis mercredi qu’on leur vienne en aide.

Le cauchemar de Loïc a commencé le 14 juillet. Le jeune homme était en train de regarder la télé quand il a réalisé que le niveau de la Vesdre était en train de dangereusement monter. L’eau commençant à envahir la cave, le sous-sol, puis le rez-de-chaussée, la famille a préparé en catastrophe des réserves de nourriture et quelques affaires avant de monter, avec leurs chiens, à l’étage. Au téléphone, les secours leur ont expliqué qu’ils allaient certainement devoir attendre plusieurs heures avant d’être pris en charge. «C’est choquant de vivre ça. Notre voisin nous a dit qu’en quarante ans de présence à Chênée, il n’avait jamais vu ça», confie l’informaticien à Franceinfo.

Dans la confusion générale, Loïc a commencé à paniquer «un peu», se demandant notamment si les fondations de sa maison allaient tenir le coup. Force est de constater que la demeure des Collette n’a pas cédé, mais les dégâts sont terribles: «L’eau a détruit une grande partie de notre vie, le rez-de-chaussée est inondé à 80%, je suis triste et choqué», témoigne le jeune homme, qui commence à perdre patience. «Les secours sont venus ce matin dans une autre rue. Pourquoi ne sont-ils pas venus nous voir? La situation peut devenir très difficile pour les personnes fragiles», déplore-t-il.

«Il y a les faits, l’inondation et les conséquences dans les jours à venir, et ceux-ci vont faire mal à beaucoup de monde. Venez, par pitié, les secours, chercher les vies restantes dans la rue de la Révision, et ses rues adjacentes», implorait l’informaticien jeudi.

Vendredi matin, Loïc a annoncé sur Twitter être enfin sorti de chez lui: «Nous sommes au final sortis nous-mêmes avec l’aide d’un policier à pied dans l’eau (eau jusque le haut de la jambe), et nous attendons des amis qui viennent nous chercher», a-t-il expliqué.

(joc)

Ton opinion