Tensions: Venezuela: la Suisse est très «préoccupée»

Actualisé

TensionsVenezuela: la Suisse est très «préoccupée»

Le Venezuela, où l'élection controversée d'une Assemblée constituante se tient dimanche, est en proie depuis quatre mois à de violentes manifestations contre le pouvoir.

1 / 149
L'ex-procureure générale Luisa Ortega, évincée par l'Assemblée constituante s'est réfugiée en Colombie, vendredi 18 août. Chaviste devenue opposante farouche au président du même bord politique, Nicolas Maduro, elle a été écartée du pouvoir dès que la Constituante a été instalée. (Image d'archive)

L'ex-procureure générale Luisa Ortega, évincée par l'Assemblée constituante s'est réfugiée en Colombie, vendredi 18 août. Chaviste devenue opposante farouche au président du même bord politique, Nicolas Maduro, elle a été écartée du pouvoir dès que la Constituante a été instalée. (Image d'archive)

Keystone
Vendredi 18 août également, le Parlement vénézuélien, seule institution contrôlée par l'opposition, a été privé de la majorité de ses pouvoirs par l'Assemblée Constituante, qui poursuit ainsi la reprise en main du pays amorcée par Nicolas Maduro. (Image d'archive)

Vendredi 18 août également, le Parlement vénézuélien, seule institution contrôlée par l'opposition, a été privé de la majorité de ses pouvoirs par l'Assemblée Constituante, qui poursuit ainsi la reprise en main du pays amorcée par Nicolas Maduro. (Image d'archive)

Keystone
Le Renseignement vénézuélien a perquisitionné mercredi le domicile de l'ex-procureure générale du pays, Luisa Ortega, une chaviste devenue dissidente, etévincée par l'Assemblée constituante. (Image - mercredi 16 août 2017)

Le Renseignement vénézuélien a perquisitionné mercredi le domicile de l'ex-procureure générale du pays, Luisa Ortega, une chaviste devenue dissidente, etévincée par l'Assemblée constituante. (Image - mercredi 16 août 2017)

Keystone

Les manifestations, qui durent depuis quatre mois au Venezuela, ont déjà fait plus de 110 morts. Dans une prise de position, la Suisse se dit samedi profondément préoccupée par la situation actuelle.

«Pour ne pas exacerber les tensions, la Suisse appelle le gouvernement à ne pas procéder à l'élection de l'assemblée constituante et à respecter la séparation des pouvoirs».

Le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) précise que la Suisse appelle les parties à reprendre rapidement un véritable dialogue en vue d'une résolution pacifique de la crise. «La définition d'un calendrier électoral contraignant et accepté par toutes les parties est une priorité urgente», ajoute-t-il. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion