Textile: Ventes et rentabilité en baisse pour Calida Group
Actualisé

TextileVentes et rentabilité en baisse pour Calida Group

Le chiffre d'affaires net s'est contracté de 12,9% à 359 millions de francs en 2015, a indiqué lundi le groupe établi à Sursee (LU) et fondé il y a 75 ans.

photo: Keystone/ARCHIVES

Touché par la vigueur du franc et du dollar, Calida Group affiche une performance en net repli en 2015. Subissant une contraction de ses ventes, le fabricant textile lucernois a vu son bénéfice net chuter de 28,1% au regard de 2014 à 17 millions de francs.

L'exercice sous revue s'est révélé comme le plus difficile des 15 années passées à diriger Calida, a déclaré lundi devant la presse à Zurich, le directeur général sortant du groupe sis à Sursee (LU), Felix Sulzberger. Comme déjà annoncé, ce dernier cédera dès le mois prochain son fauteuil de patron de la société à Reiner Pichler, un double national allemand et suisse qui dirige le groupe de mode d'outre-Rhin S'Oliver.

Les prochaines semaines seront ainsi consacrées à la transition à la tête de Calida Group (Calida), a poursuivi Felix Sulzberger, lequel est également membre du conseil d'administration de la firme de Suisse centrale. Revenant sur la performance affichée en 2015, le Bernois l'a jugée solide, compte tenu de turbulences monétaires et conjoncturelles.

Le chiffre d'affaires net s'est contracté de 12,9% à 359 millions de francs. Corrigée des effets de change, la contraction s'est inscrite à 2,7%. Alors que Calida réalise pas moins des trois quarts de ses ventes dans la zone euro, une appréciation du franc de plus de 12% se traduit par un repli des revenus de quelque 10%, explique l'entreprise.

Action à la fête à la Bourse suisse

Le résultat d'exploitation avant intérêts et impôts (EBIT) a quant à lui plongé de plus d'un cinquième (-20,8%) à 21,5 millions de francs. Le tassement illustre lui aussi les effets de change négatifs, qui ont pesé à hauteur de 7,2 millions de francs sur l'EBIT.

Outre la vigueur du franc, Calida a aussi souffert de l'appréciation du dollar américain par rapport à l'euro, a ajouté Felix Sulzberger. Un contexte monétaire défavorable qui s'est traduit par des coûts d'approvisionnement en hausse en Asie.

Supérieure aux attentes des analystes sondés par l'agence awp, la performance a soulevé l'enthousiasme des investisseurs. Vers 14h15 à la Bourse suisse, le titre Calida s'envolait de 9,17% au regard de la clôture de vendredi à 32,15 francs, dans un marché élargi dont l'indice Swiss Performance Index (SPI) fléchissait lui de 0,11%.

De manière générale, les ventes ont souffert d'une faible demande en Europe, conséquence notamment de la crise de la dette en Grèce, de celle des réfugiés et des attaques terroristes en France, pays dans lequel le groupe réalise 39% de son chiffre d'affaires. Calida a aussi souffert de conditions météorologiques défavorables en hiver, affectant notamment les vêtements de la marque Eider.

Ventes en ligne en hausse

Felix Sulzberger a également noté la poursuite des changements de comportements des consommateurs, lesquels se tournent de manière accrue vers les achats en ligne. Le phénomène a certes pesé sur les ventes au détail traditionnelles, mais a aussi favorisé le développement des activités de Calida sur internet.

Dans le détail des différents segments, Calida représente la marque ayant le plus souffert de la force du franc. Contribuant à 36% de l'ensemble des revenus, ses ventes se sont repliées de 7% à 128,2 millions de francs. A taux de change constants, le chiffre d'affaires est resté quasiment stable (-0,5%).

Evoluant dans un environnement économique toujours difficile, en particulier en France, sur son premier marché, la marque de lingerie de luxe Aubade a vu ses ventes fléchir de 1% à 53,4 millions d'euros (58,43 millions de francs). Celles de Millet Mountain Group, segment regroupant les marques de vêtements de plein air et de montagne Millet, Eider et Lafuma Outdoor, ont quant à elles reculé de 7,5% à 99,4 millions d'euros.

Segment du groupe le plus «exotique», les meubles de jardin et camping de l'unité Lafuma Mobilier ont présenté un développement favorable, les ventes progressant de 8,3% à 35,3 millions d'euros. Celles de la marque de surf Oxbow ont diminué moins fortement que par le passé, soit de 12% à 26,2 millions d'euros.

Optimisme de mise

Evoquant l'exercice en cours, Felix Sulzberger s'est montré optimiste, compte tenu de la stabilisation attendue sur le front des taux de change. Alors que les revenus ont présenté une évolution solide en début d'année, Calida Group table sur un développement légèrement favorable de ses affaires en 2016.

Cette année, Calida entend se focaliser sur l'accroissement de ses marges, le développement dans le commerce électronique et l'internationalisation des marques Aubade et Lafuma Mobilier. Le groupe lucernois veut aussi réduire son activité d'achat et de production en Asie, au profit de l'Europe. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion