Judo: Venue «historique» d’un judoka iranien en Israël pour un tournoi
Publié

JudoVenue «historique» d’un judoka iranien en Israël pour un tournoi

Malgré les vives tensions entre les deux pays, Saeid Mollaei, champion du monde 2018, va combattre en terres israéliennes.

Twitter: Saeid Mollaei.

«Tu es un héros», «Donnez-lui la citoyenneté», «Merci d’être venu»: des internautes israéliens et la presse locale saluent mardi l’arrivée en Israël, pour une compétition, du judoka iranien Saeid Mollaei, opposé aux autorités de Téhéran. Depuis son arrivée dimanche à l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv - ouvert seulement pour des vols spéciaux en raison des restrictions sanitaires - l’Iranien fait sensation en Israël, dont son pays natal est l’ennemi juré.

Champion du monde 2018, Saeid Mollaei, qui avait affirmé avoir subi des pressions des autorités iraniennes pour perdre un combat afin d’éviter d’affronter un Israélien en tournoi, combat sous les couleurs de la Mongolie depuis mars 2020. «Historique», titrait à propos de sa venue le site sportif israélien Sport 1, tandis que les chaînes locales diffusaient en boucle une courte vidéo filmée avec un smartphone à son arrivée.

La nationalité israélienne ou une dose de vaccin

Accueilli à l’aéroport par le président de la fédération israélienne de judo Moshe Ponte, le judoka a juste affirmé «être heureux d’être ici», avant d’être escorté à son hôtel sous haute sécurité. Sur le site Ynet, plus grand portail d’informations en hébreu, les internautes saluaient son arrivée, le qualifiant d’homme «courageux», voire «héroïque», certains proposant même de lui offrir la nationalité israélienne ou de lui donner une dose de vaccin pour le remercier.

Des centaines de judokas du monde entier sont arrivés en Israël ces derniers jours pour participer à un tournoi de la Fédération internationale, provoquant la colère d’Israéliens retenus à l’étranger en raison de la fermeture des frontières. Les sportifs sont actuellement cloîtrés dans des hôtels et doivent obtenir des tests négatifs avant de pouvoir combattre.

Saeid Mollaei avait affirmé en septembre 2019 avoir subi des pressions pour perdre sa demi-finale dans la catégorie des moins de 81 kg aux Mondiaux de Tokyo, afin d’éviter de rencontrer l’Israélien Sagi Muki en finale. L’Israélien avait finalement remporté la médaille d’or. Et la Fédération iranienne avait été suspendue le mois suivant en raison du refus des judokas iraniens d’affronter des Israéliens. Sagi Muki a publié lundi sur les réseaux sociaux une photo avec son adversaire datant de février 2020, légendée «Welcome brother» («Bienvenue mon frère») et accompagnée des drapeaux israélien, iranien et mongol.

(AFP)

Ton opinion